Covid-19 : Elisabeth Borne appelle les entreprises à "renforcer" le télétravail à la rentrée

Pour ralentir la propagation du variant Omicron, la ministre du Travail demande aux entreprises de pratiquer 3 à 4 jours de télétravail lorsque c'est possible à partir du 3 janvier.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La ministre du Travail Elisabeth Borne devant l'Elysée, à Paris, le 15 décembre 2021. (LUDOVIC MARIN / AFP)

Elisabeth Borne veut passer la vitesse supérieure. Sur Europe 1, mercredi 22 décembre, la ministre du Travail a appelé les entreprises à "accélérer" et à "renforcer" le recours au télétravail face à la propagation rapide du variant Omicron.

"Je demande aux entreprises de se préparer dès maintenant à renforcer le télétravail à la rentrée, donc le 3 janvier, avec une cible de trois jours minimum pour les postes qui le permettent, voire quatre jours quand c'est possible."

Elisabeth Borne, ministre du Travail

sur Europe 1

A l'heure actuelle, le protocole sanitaire en entreprise prévoit que "les employeurs fixent, dans le cadre du dialogue social de proximité, les modalités de recours" au télétravail, ajoutant que "dans le contexte de reprise épidémique", l'objectif "doit être de deux à trois jours" par semaine. 

Vers un amendement pour introduire le pass sanitaire en entreprise ?

Soulignant le "consensus" avec les organisations syndicales et patronales sur la nécessité de faire davantage de télétravail, Elisabeth Borne a également noté que l'enquête Harris Interactive menée régulièrement par son ministère montre que "près de 60% des salariés qui peuvent facilement télétravailler (...) l'ont fait la semaine dernière, en moyenne trois jours par semaine".

La ministre a par ailleurs confirmé que le gouvernement ne prévoyait pas d'inscrire le pass sanitaire en entreprise dans le projet de loi initial sur le pass vaccinal. Mais, a-t-elle ajouté, "on ne sait pas ce que sera la situation dans 10 jours et les éventuelles mesures qu'on devrait être amenés à prendre". "On verra si les parlementaires jugent qu'il est pertinent de l'introduire par amendement", a-t-elle conclu.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.