Covid-19 : des signes d’amélioration à Dunkerque et Nice, les premières zones confinées

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Covid-19 : des signes d’amélioration à Dunkerque et Nice, les premières zones confinées
franceinfo
Article rédigé par
P-Y. Salique, B. Six, A. Jacquet, A. Lépinay, J-M. Mier, S. Korwin - franceinfo
France Télévisions

Dunkerque (Nord) et Nice (Alpes-Maritimes) ont été les premières zones à être confinées avant le passage aux restrictions sur tout le territoire. Dans ces départements, les contaminations sont en baisse, jeudi 8 avril.

Au mois de février, Dunkerque (Nord) était une des villes les plus touchées par le Covid-19 en France. Avec 1 039 cas positifs pour 100 000 habitants le 26 février, les autorités avaient été contraintes d’agir et de confiner le week-end. Le 2 avril, le taux d’incidence était passé à 415 pour 100 000 habitants. "On était les champions du monde, il y avait certainement un problème", explique un habitant, suppléé par une femme. "Les gens mettent leur masque maintenant, il y a un changement." La tension est toujours forte, mais à l’hôpital de la ville, il y a 64 patients Covid contre 82 il y a un mois.

Des signes encourageants à Nice

À Nice (Alpes-Maritimes) aussi, l’horizon s’éclaircit. La zone avait été confinée trois week-ends, avec la possibilité de sortir au maximum une heure dans un rayon de cinq kilomètres. Le taux d’incidence est passé de 594 cas positifs pour 100 000 habitants le 11 mars, à 459 le 4 avril. "Les paramètres sont extrêmement variés, on a du mal à appréhender les raisons de l’évolution de l’épidémie", estime Michel Carles, chef du service infectiologie au CHU de Nice. De son côté, Hélène Lafon, pharmacienne, voit des signes d’encouragement : "Depuis les nouvelles mesures, on a un réel ralentissement des demandes de tests, de la contagiosité et de la contamination". Difficile néanmoins de savoir si ce sont davantage les mesures le week-end ou les restrictions généralisées qui ont été le plus efficaces.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.