Covid-19 : des décès moins nombreux, mais qui touchent surtout les plus de 70 ans

La mortalité due au Covid-19 a énormément chuté depuis les deux premières vagues épidémiques, grâce aux progrès faits dans le traitement des malades et à la vaccination. Les personnes âgées de plus de 70 ans et non-vaccinées restent les premières victimes de la maladie. 

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Service de réanimation de l'hôpital de Périgueux (illustration), le 12 août 2021. (VALÉRIE DEJEAN / FRANCE-BLEU PÉRIGORD)

Si les médias ne font plus le décompte quotidien des décès dus au Covid-19, la maladie continue de faire des victimes. Cependant, les décès sont bien nombreux qu'au début de la pandémie. 

En effet, pendant la première vague du Covid-19, Santé publique France a recensé jusqu'à 500 décès par jour du virus, et 400 pendant la deuxième vague. Pendant l'été 2021,  les chiffres de l'épidémie sont retombés au plus bas, avec une quinzaine de morts du Covid seulement par jour. Avec la cinquième vague actuelle, qui a fait exploser la courbe des contaminations, les décès sont eux aussi repartis à la hausse : environ 175 morts par jour du Covid-19 ont été recensés sur les sept derniers jours. Au total, 124 212 personnes sont mortes en France depuis le début de l'épidémie. 


Si le Covid-19 tue moins aujourd'hui que lors des deux premières vagues, c'est parce que les médecins ont fait des progrès dans le traitement des malades, en réanimation notamment, où les traitements ont évolué. Surtout, la vaccination, qui permet d'empêcher l'apparition de formes graves, a fait énormément chuter la mortalité. En particulier dans les Ehpad, où vivent des Français âgés et parfois affaiblis, donc à risque. Lors des deux premières vagues, le virus a tué jusqu'à 2 500 résidents chaque semaine. Avec l'arrivée de la vaccination, qui concerne désormais presque 100% des résidents dans les Ehpad, y compris pour la dose de rappel, la mortalité s'est effondrée. La semaine du 27 décembre, seuls 20 résidents d'Ehpad figuraient parmi les près de 1 000 morts du Covid-19 recensés.    

Le vaccin a divisé par trois la mortalité des plus âgés 

Cependant, les personnes âgées qui vivent chez elles restent celles qui meurent le plus de la maladie. La semaine du 27 décembre, les plus de 70 ans ont représenté les trois quarts des morts. Notamment parce que certains ne sont pas vaccinés, et qu'en France, les personnes qui décèdent le plus sont les non-vaccinés. Parmi les plus âgés, on trouve également des personnes plus faibles, en moins bonne santé et parfois immunodéprimées, et sur lesquelles les vaccins sont moins efficaces. Cependant, sans le vaccin, le bilan aurait pu être bien plus important : selon les données de Santé Publique France, le taux de décès a été divisé par trois chez les plus âgés, depuis l'arrivée du vaccin. 

Santé Publique France recense également les régions où les taux de décès dus au Covid-19 sont les plus importants. Sur la semaine du 27 décembre, la région Auvergne-Rhône-Alpes a été celle avec le plus grand nombre de certificats de décès électroniques mentionnant le Covid-19. Elle est suivie de l'Ile-de-France, la Provence-Alpes-Côte d'Azur et l'Occitanie. À l'inverse, la Bretagne reste la région où l'on observe le moins de contaminations, et où le nombre de morts du Covid-19 est le moins élevé. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.