Covid-19 : de nouvelles restrictions dans des stations de ski en Savoie, accueillies "positivement" par le maire de La Plagne Tarentaise

Jean-Luc Boch, maire de La Plagne Tarentaise (Savoie), a dit samedi être plutôt satisfait des nouvelles mesures de restrictions contre le Covid-19 imposées aux stations de ski du département "si cela nous permet de rester ouverts".

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Des skieurs dans la station du Mont-Doré (Puy-de-Dôme), le 21 décembre 2021 (illustration). (THIERRY LINDAUER / MAXPPP)

Face à la hausse des contaminations dues au Covid-19, la préfecture de Savoie a pris samedi 25 décembre de nouvelles mesures de restrictions dans les stations de ski du département. Cela passe notamment par l’obligation du port du masque en extérieur ou l'interdiction de consommer de l’alcool sur la voie publique après 16 heures. Au total, 38 stations sont concernées, dont celle de La Plagne Tarentaise.

Son maire a dit samedi sur franceinfo accueillir "positivement" ces restrictions, "si cela nous permet de rester ouverts". Jean-Luch Boch assure que le protocole sanitaire déjà instauré dans les stations est "plutôt bien appliqué" et que les saisonniers testés positifs au Covid-19 sont isolés. Il appelle par ailleurs à une vaccination massive, pour ne pas revivre la même période que l’an dernier, lorsque les stations étaient fermées.

franceinfo : Comment accueillez-vous ces mesures prises par la préfecture ?

Jean-Luch Boch : Positivement, si cela nous permet de rester ouverts et continuer avec des vacanciers, parce qu’ils viennent en masse. Il y a énormément de Français qui prennent leur vacances à la montagne, étant donné que c’est l’un des rares endroits où l’on peut partir avec une sécurité sanitaire. On rappelle que des protocoles sanitaires spécifiques ont été adaptés pour toutes les stations de France. On espère tout faire pour que les vacanciers qui ont la chance de venir nous voir en profitent un petit peu.

Ces derniers jours, avez-vous constaté un certain relâchement des gestes barrières, sur les pistes ou près des remontées mécaniques ?

Non, pas du tout, parce qu’il y a un protocole spécifique. Pour skier aujourd’hui en France, vous devez avoir un pass sanitaire valide car il y a des contrôles aléatoires aux remontées mécaniques et vous devez porter un masque dans les files d’attente, à l’intérieur des télécabines et sur les télésièges. Tout cela est plutôt bien appliqué. Dans les galeries commerçantes ou à l’intérieur des chalets, on évite les regroupements. Mais je pense que les Français et les internationaux qui peuvent encore venir nous voir connaissent cela par cœur. Le fait d’appliquer toutes ces restrictions les rassurent quelque part.

Est-ce que la vague due au variant Omicron désorganise parfois l’activité des saisonniers ?

Je ne vais pas vous dire que la situation est très facile à vivre. C’est compliqué. Oui, il y a des cas de maladie avérés dans sur les stations et des cas-contact. On fait tout pour les isoler et les éloigner, en attendant que ces personnes soient guéries. Pour l’instant, cela fonctionne.

Les restaurateurs et responsables de bar réagissent-ils aussi bien que vous à ces restrictions ?

Quand on a vécu une période noire comme la saison précédente, durant laquelle on n’a pas pu ouvrir, quand on connaît le coût d’une fermeture des remontées mécaniques et des stations, on sait très bien que le gouvernement ne pourra pas indemniser à la hauteur des pertes. Il ne faut donc pas s’attendre à des miracles. À un moment donné, il faut travailler, et pour travailler, il faut vivre avec le Covid-19 et les gestes barrières qui sont inévitables. On doit tous se faire vacciner, il faudra en passer par là. Arrêtons de mettre en difficulté les hôpitaux et le monde médical, parce que ça ne pourra pas durer comme cela éternellement.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.