Covid-19 : "Cela restera comme une année noire pour l'industrie automobile", selon l'Observatoire Cetelem

Le marché automobile français, affecté par la crise sanitaire, pourrait cette année chuter à son plus bas niveau depuis 45 ans. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
la vente de voitures neuves a chuté considérablement (illustration) (JOEL LE GALL / MAXPPP)

"Cela restera comme une année noire pour l'industrie automobile", a déclaré mardi 1er décembre sur franceinfo Flavien Neuvy, économiste, directeur de l'Observatoire Cetelem de l’automobile. Frappé de plein fouet par la crise sanitaire, le marché automobile français en 2020 pourrait chuter à son plus bas niveau depuis 1975, selon les chiffres du Comité des constructeurs français d'automobiles (CCFA). Il a reculé en novembre en plein reconfinement de 27,03%.

franceinfo: Est-ce que cette chute est uniquement due à la crise sanitaire ?

Flavien Neuvy: Oui, c'est-à-dire qu'on a eu un début d'année assez correct après une année 2019 qui avait été une bonne année d'ailleurs pour l'industrie automobile en France, un marché qui était à un haut niveau. C'est vrai que du jour au lendemain, les commandes se sont arrêtées puisque les concessions étaient fermées, les usines se sont mises à l'arrêt. Il y a eu ce premier confinement et puis le deuxième après, même s'il a été moins brutal pour l'industrie automobile. Au final, ça restera comme une année noire pour l'industrie automobile et c'est un secteur très important pour l'économie de notre pays.

La situation économique pour des millions de Français ne pousse pas forcément à l'investissement en ce moment ?

Exactement. On est dans une période anxiogène à la fois sur le plan sanitaire et sur le plan économique, avec un moral des ménages qui a tendance à baisser parce que les perspectives pour 2021 ne sont pas forcément excellentes à court terme. Quand on est dans ce contexte-là, les ménages font preuve de prudence. L'achat automobile, c'est un achat qui est très important. Le prix de vente moyen d'une voiture neuve en France est au-delà de 25 000 euros. Il faut avoir un minimum confiance dans l'avenir. C'est vrai qu'aujourd'hui, on a plutôt des arbitrages qui font que les gens se tournent soit vers le marché de l'occasion, soit préfèrent attendre pour changer leur voiture.

Espérez-vous un rebond à la sortie du confinement ?

En fait, ça dépendra vraiment de l'évolution de la crise sanitaire. C'est-à-dire que si on réussit à tourner cette page courant 2021 avec l'arrivée des vaccins, on peut penser quand même qu'on aura un rebond de l'activité économique qui sera assez puissant, en tout cas sur les perspectives qui sont données. Et si tel est le cas, on peut penser que d'une part, les ménages reviendront en concession pour acheter des voitures, mais aussi, il ne faut pas l'oublier, les entreprises parce que plus d'une voiture neuve sur deux en France est achetée par une entreprise. Et les entreprises, elles aussi, font attention à leurs investissements. Si l'activité repart, on peut penser que ces deux moteurs-là, effectivement, repartiront de l'avant et ça permettra de soutenir le marché en 2021.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.