Couvre-feu : une mesure "nécessaire" pour le président du département des Ardennes, "un moindre mal" pour celui des Hautes-Alpes

Le Premier ministre, Jean Castex, a nnoncé un renforcement des mesures sanitaires avec notamment l'extension du couvre-feu à 38 départements supplémentaires.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Des policiers patrouillent à Paris pour faire respecter le couvre-feu le 17 octobre 2020. (ABDULMONAM EASSA / AFP)

Un couvre-feu étendu à 38 nouveaux départements, ainsi qu'à la Polynésie. L'annonce a été faite jeudi 22 octobre par le Premier ministre Jean Castex, et concerne 46 millions de personnes. Une mesure attendue dans les Ardennes. "On n'est pas surpris", a réagi sur franceinfo Noël Bourgeois, président divers droite du Conseil départemental des Ardennes. "Il me semble que c'est une mesure nécessaire pour protéger nos concitoyens, on doit préserver leur santé. C'est aussi une mesure nécessaire pour préserver notre système de santé", a-t-il ajouté.

>> Covid-19 : suivez notre direct après les nouvelles annonces du gouvernement

Noël Bourgeois constate "une légère augmentation" d'admissions de patients en réanimation et au niveau des services de maladies infectieuses. "Ça se ressent", concède-t-il. "Il y a un taux d'incidence qui a très fortement augmenté sur le département ces derniers jours (...) Les cas qui sont confirmés aujourd'hui seront demain des cas que l'on va retrouver - pour un certain nombre - soit malheureusement dans le service de maladies infectieuses ou en réanimation", a-t-il poursuivi.

Ces mesures, je les partage, elles sont nécessaires.

Noël Bourgeois, président du département des Ardennes

à franceinfo

"Aujourd'hui, aucun territoire n'est épargné que ce soit en milieu urbain ou en milieu rural", a expliqué Noël Bourgeois. Le taux de positivité augmente dans le département et "tout à chacun mesure la gravité de la situation". "Il faut plus que jamais être extrêmement vigilant vis-à-vis des gestes barrières qui doivent être respectés à la lettre", a conclu le président divers droite du Conseil départemental des Ardennes.

Jean-Marie Bernard, président du conseil départemental des Hautes-Alpes, a estimé quant à lui que le couvre-feu est un "moindre mal" pour "éviter d'aller rapidement vers un nouveau confinement qui serait un désastre pour l'activité économique".

Les gestes barrière ne suffisent plus

Jean-Marie Bernard, président du département des Hautes-Alpes

à franceinfo


"Devant l'ampleur de la crise et de la pandémie, je pense qu'il faut qu'on trouve des solutions qui sont de nature à faire baisser les chiffres alarmants que nous avons aujourd'hui et surtout pour éviter d'aller rapidement vers un nouveau confinement qui serait un désastre pour l'activité économique dans l'ensemble du territoire français ", a-t-il ajouté.

Les Hautes-Alpes sont un département de stations de ski. En pleine préparation de la saison d’hiver, Jean-Marie Bernard estime qu’elles ont pris "des initiatives qui sont de nature à rassurer le monde du tourisme et les pratiquants des sports d'hiver". Selon lui, "Il n'y a aucune inquiétude dans le monde de la montagne et sur la fréquentation des remontées mécaniques. On est plutôt dans une situation où le taux de réservation est plutôt remarquable pour le mois d'octobre. Tous les clignotants sont plutôt au vert", a-t-il assuré.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.