Covid-19 : après une légère baisse, le nombre de patients en soins critiques repart à la hausse en France

Au total, 5 757 patients Covid sont désormais dans ces services. Cet indicateur très surveillé se rapproche ainsi encore un peu du pic de la première vague.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Dans l'unité de soins intensifs Covid-19 de l'hôpital Lyon Sud, à Pierre-Bénite, près de Lyon, le 7 avril 2021. (JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP)

Après une légère baisse jeudi, le nombre de malades du Covid-19 en soins critiques (réanimation, soins intensifs, surveillance continue) est reparti à la hausse vendredi 9 avril, selon les chiffres quotidiens de Santé publique France. Au total, 5 757 patients Covid sont désormais pris en charge dans ces services, dont 498 admissions en 24 heures.

Cet indicateur très surveillé se rapproche ainsi encore un peu du pic de la première vague (un peu plus de 7 000 patients début avril 2020). Le pic de la deuxième vague (un peu plus de 4 900 patients en réa mi-novembre) avait, lui, été dépassé fin mars.

Au total, 5 757 patients Covid-19 étaient pris en charge dans des services de réanimation le 9 avril 2021. (SANTE PUBLIQUE FRANCE / FRANCEINFO)

La pression en réa va continuer à monter

Le ministre de la Santé, Olivier Véran, a estimé vendredi que la pression sur les réanimations continuerait "encore à monter pendant au moins 15 jours".

La pression sur les services hospitaliers en général est toujours très élevée avec désormais 30 326 malades Covid à l'hôpital (dont 2 120 admissions en 24 heures), un chiffre en légère baisse par rapport à jeudi. En 24 heures, 301 nouveaux décès ont été enregistrés dans les établissements hospitaliers, pour un total de 98 395 morts depuis le début de l'épidémie (dont 72 271 à l'hôpital).

Le nombre de nouveaux cas enregistrés en 24 heures s'élève quant à lui à 41 243. Le taux de positivité (pourcentage de personnes contaminées parmi celles qui sont testées) est en hausse, à 7,8% sur les sept derniers jours.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.