Covid-19 : après la Corse et Paca, le plan blanc étendu aux hôpitaux d'Occitanie

Ce dispositif vise à permettre aux établissements de soins de faire face à une augmentation sensible des hospitalisations dans ces trois régions.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Deux soignantes au centre hospitalier de Perpignan, Pyrénées-Orientales, le 26 janvier 2021. (IDHIR BAHA / HANS LUCAS / AFP)

Les hôpitaux du pourtour méditerranéen sont en alerte face à la progression de la quatrième vague de Covid-19. Après la Corse et la Provence-Alpes-Côte d'Azur, l'Occitanie a à son tour déclenché mercredi 4 août le plan blanc dans les hôpitaux du territoire. Ce dispositif permet de mobiliser l'ensemble du personnel de santé afin d'augmenter le nombre de lits en réanimation et en hospitalisation des patients Covid.

En Occitanie, "les indicateurs virologiques sont toujours très hauts dans tous les départements de la région", explique l'Agence régionale de santé.  600 cas pour 100.000 habitants pour l'Hérault, 533 dans les Pyrénées-Orientales, et 466 dans l'Aude (466) La situation fait peser une forte pression sur les établissements de santé. "Les admissions à l'hôpital en hospitalisation conventionnelle et en réanimation augmentent actuellement très vite", poursuit l'ARS.

La région Paca veut déployer 100 lits de réanimation supplémentaires

Un peu plus tôt dans la journée, la région Provence-Alpes-Côte d'Azur a également activé ce dispositif. Le plan blanc, qui concerne les établissements publics et privés, devrait permettre de "proposer 100 lits supplémentaires en réanimation d'ici une semaine", selon l'Agence régionale de santé. La décision a été prise notamment en raison du taux d'occupation des lits en soins intensifs, qui atteint "83% au niveau régional" tous patients confondus, Covid et non-Covid. L'ARS observe également une "augmentation de 45% de la file active des patients admis en soins critiques par rapport au mardi 27 juillet"

Le plan blanc a par ailleurs été activé mardi en CorseLà encore, l'ARS explique sa décision par "l'intensification de l'impact hospitalier" de la crise sanitaire. "Une nette augmentation des hospitalisations est constatée dans les services d'hospitalisation conventionnelle et soins critiques du centre hospitalier de Bastia où les taux d'occupation dépassent à ce jour les 79%, rendant nécessaire l'ouverture de nouvelles capacités d'hospitalisation", selon l'agence. Il est "également nécessaire d'anticiper l'adaptation du capacitaire au sein du centre hospitalier d'Ajaccio", poursuit-t-elle.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.