Covid-19 : à Manaus, au Brésil, les autorités n’ont pas anticipé la deuxième vague

Un variant brésilien est soupçonné de faire des ravages à Manaus, dans le nord du pays. 75% de la population de la ville aurait été contaminée lors de la première vague du Covid-19, alors qu'on la croyait immunisée.

France 2

En banlieue industrielle de Manaus, au Brésil, une scène se répète chaque jour : la foule se presse devant l’unique fabricant d’oxygène pour les particuliers de la ville. La capitale amazonienne est asphyxiée, alors ses habitants n’ont pas d’autre solution que de se débrouiller par leurs propres moyens. Tous n’ont en effet pas les moyens d’offrir une place en hôpital privé à leurs proches.

Seconde vague pas anticipée 

C’est le cas de Davi Avelino Leal, dont le père est infecté. Il attend depuis huit heures pour pouvoir recharger une bouteille d’oxygène. La majorité des gens ici, comme moi, se sont résolus à monter une sorte d’unité d’urgence à la maison, mais sans oxygène, on arrivera à rien”, commente-t-il. Comme c’est un nouveau virus, il y a toute une série de spéculations. Ce mythe de l’immunité collective, auquel on a cru, a eu pour conséquence que les autorités n’ont pas anticipé cette deuxième vague”, explique Jesem Orellana, épidémiologiste.


Le JT
Les autres sujets du JT
Covid-19 : à Manaus, au Brésil, les autorités n’ont pas anticipé la deuxième vague
Covid-19 : à Manaus, au Brésil, les autorités n’ont pas anticipé la deuxième vague (France 2)