Covid-19 : à Toulouse, des enseignants cessent le travail pour "que le personnel et les élèves ne soient pas mis en danger"

Les enseignants de la section professionnelle du lycée Bellevue à Toulouse dénoncent entre autres le manque d'agents chargés de la désinfection des locaux. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des lycéens à la sortie des cours, à Toulouse (Haute-Garonne), le 21 septembre 2020.  (LILIAN CAZABET / HANS LUCAS / AFP)

Ils sont 30 sur 40 enseignants de la section professionnelle du lycée Bellevue, à Toulouse, à avoir exercé leur droit de retrait ce mardi 13 octobre au matin. Ils s’estiment en danger immédiat car selon eux, le protocole de nettoyage de l'Éducation nationale n’est pas respecté en raison du manque d’agents territoriaux chargés de ces tâches.  

Elèves entassés et pas de désinfection du matériel  

Les enseignants dénoncent d’abord un protocole sanitaire au rabais dans l'Éducation nationale. Les classes comprennent en moyenne 35 élèves, installés dans 50 à 60m2, ce qui fait évidemment moins de 4m2 par élève. Et même le protocole prévu n’est pas appliqué : "On a des distributeurs de gel à l’entrée du bâtiment mais ils sont vides depuis une dizaine de jours", détaille Kamel Tahar professeur d’économie et gestion. "Les tables ne sont pas nettoyées entre chaque classe, alors que huit élèves se succèdent dans la journée sur une même table de cours. Les postes d’ordinateur ont été filmés pour faciliter leur nettoyage mais ils ne sont pas désinfectés."  

À la demi-pension, il y a un goulet d’étranglement et tous les élèves sont en train de manger presque en même temps, les uns à côté des autres.

Kamel Tahar, professeur d'économie et de gestion

à franceinfo

Youssef Albassi, professeur de mathématiques et sciences dans la section professionnelle du lycée Bellevue demande donc à la région d’intervenir : "Si on exerce notre droit de retrait aujourd'hui, c’est pour demander à la région de fournir les moyens humains nécessaires pour que le protocole sanitaire soit appliqué à la lettre et que le personnel comme les élèves ne soient pas mis en danger."  La région Occitanie compte rencontrer les enseignants concernés pour trouver une solution dans les jours qui viennent.      

Droit de retrait des enseignants dans un lycée de Toulouse : écoutez le reportage de Stéphane Iglésis
--'--
--'--

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.