Covid-19 : à Saint-Denis, "on a dû provoquer des accouchements pour sauver la maman au détriment du bébé"

Publié
Durée de la vidéo : 1 min.
Covid-19 : les hôpitaux de Seine-Saint-Denis sous pression
France 2
Article rédigé par
S. Thomas - France 2
France Télévisions

Mardi 30 mars, il y a près de 5 000 patients en réanimation. Le pic de la deuxième vague de l’épidémie en novembre est dépassé. En Seine-Saint-Denis, on constate un rajeunissement des entrées en soins intensifs.

"Vous vous réveillez là, cela fait trois semaines que vous êtes chez nous et là vous commencez à aller mieux", confie une soignante à un patient. Pour ces soignants de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), épuisés, les jours se suivent et se ressemblent. Il a fallu pousser les murs pour ouvrir 26 lits en tout. 20 sont occupés par des patients Covid-19. Des patients chaque jour de plus en plus jeunes. "Dans le service, nous avons trois trentenaires. Nous avons trois quadragénaires, des quinquagénaires, des sexagénaires. Le patient le plus âgé à 72-74 ans. Et donc une moyenne d’âge de 50 ans. C’est plus de 15 ans de moins par rapport à la première vague", indique Daniel Da Silva, chef du service réanimation à l’hôpital Delafontaine.

Taux d’incidence le plus élevé de France

Le service accueille aussi beaucoup plus de femmes enceintes que lors de la première vague. "Elles sont quand même plus nombreuses et plus graves qu’avant. On a dû provoquer des accouchements pour sauver la maman au détriment du bébé. Et puis elles n’ont pas toutes survécu", indique Mathilde Azzi, médecin réanimatrice à l’hôpital Delafontaine. Samedi, deux malades ont dû être transférés faute de lits disponibles. La Seine-Saint-Denis est le département de France où le taux d’incidence est le plus élevé.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.