Couvre-feu à 18 heures généralisé, pas de reconfinement total... Les pistes du gouvernement contre le Covid-19

Le gouvernement présente de nouvelles mesures jeudi à 18 heures, lors d'une conférence de presse donnée par Jean Castex.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le Premier ministre Jean Castex et le ministre de la Santé Olivier Véran, lors d'une conférence de presse le 7 janvier 2021. (LUDOVIC MARIN / POOL / AFP)

Les conférences de presse du gouvernement se suivent, mais ne se ressemblent pas toujours : le gouvernement a de nouveau donné rendez-vous aux Français, jeudi 14 janvier à 18 heures, pour annoncer de nouvelles mesures contre l'épidémie de Covid-19. Tout converge vers une généralisation du couvre-feu à 18 heures, partout sur le territoire, selon les informations recueillies par franceinfo de sources concordantes.

>> Nouvelles restrictions face au Covid-19, jeudi : suivez notre direct

Il s'agit d'une large conférence de presse, dirigée par Jean Castex, signe d'ailleurs qu'il y a un durcissement des mesures à annoncer. Le Premier ministre sera accompagné de six ministres : Olivier Véran (Santé), Jean-Michel Blanquer (Éducation nationale), Bruno Le Maire (Économie), Elisabeth Borne (Travail), Roselyne Bachelot (Culture) et Frédérique Vidal (Enseignement supérieur).

Cet élargissement du couvre-feu avancé – qui n'est pour l'instant mis en place que dans 25 départements – à l'ensemble du pays, est donc l'hypothèse la plus plausible, confirme un ministre à franceinfo. "C'est plus efficace et plus lisible qu'une France à deux vitesses", renchérit une source gouvernementale.

Un reconfinement total, en revanche, reste pour le moment écarté, "au moment où nous nous parlons", glisse une source de première ligne à franceinfo. "Le président annonce les très mauvaises nouvelles, le Premier ministre seulement les mauvaises", essaie de sourire un membre du gouvernement. En clair, s'il fallait annoncer un reconfinement strict, ce serait fait par Emmanuel Macron directement.

Les derniers chiffres inquiétants de l'épidémie

Ceci dit, les chiffres de l'épidémie sont particulièrement mauvais : plus de 23 000 cas de contamination en 24 heures, 2 700 patients en réanimation, selon les informations de Santé publique France publiées mercredi soir. Ces dernières indications posent la question de savoir si le couvre-feu à 18 heures partout suffit, question que se pose, plus que jamais, le gouvernement. D'un côté, l'exécutif estime que c'est efficace. À l'issue du Conseil des ministres mercredi, le porte-parole Gabriel Attal, qui assiste également au Conseil de défense, a raconté comment, à huis clos, Olivier Véran l'a démontré, graphiques et chiffres à l'appui : dans les départements où le couvre-feu a été avancé, la dynamique du virus est moins forte.

D'autant plus que du côté du ministère de l'Économie, on considère que c'est la moins mauvaise option pour l'économie. "Mieux vaut des mesures fortes qui cassent la circulation du virus qu'un reconfinement général très coûteux", estime l'entourage de Bruno Le Maire.

Mais d'un autre côté, avec ce nombre très haut de nouvelles contaminations, l'hypothèse de décisions plus fortes prend corps. La piste, c'est de combiner le couvre-feu avec d'autres mesures : comme un reconfinement partiel, par exemple le week-end ou l'encadrement des déplacements entre régions, pour protéger certains départements. "Tout bouge", glisse un conseiller. Des arbitrages étaient encore en cours mercredi soir. En réalité, la seule option vraiment exclue, c'est le statu quo.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.