Corse : l’inquiétude plane dans le secteur du tourisme

Malgré la levée de l’interdiction des vols vers l’île de Beauté, les professionnels du tourisme craignent une catastrophe économique, alors que le tourisme représente un tiers du PIB de la Corse.

FRANCE 2

La Corse peut-elle sauver sa saison touristique ? Sur l’île de Beauté, c’est l’inquiétude. Lundi 1er juin, le gouvernement annonçait le maintien des restrictions pour les vols vers l’île. Finalement, deux jours plus tard, il change d’avis. Une bonne nouvelle à priori, mais pour certains professionnels, le gouvernement a semé le trouble et découragé les touristes. "‘Ne prenez pas l’avion, il faut une autorisation. Prenez le bateau, vous pouvez passer à sept ou huit’. Ça n’a aucun sens. Pour l’enlever 48 heures après. Le mal qu’ils ont fait en 48 heures, si on devait le chiffrer, à mon avis, ça ferait peur. Parce que le mal est fait", pense Gérald Haicardi, le gérant d’un chantier naval d’Ajaccio (Corse-du-Sud).

Un milliard d’euros de pertes

La Corse paye le prix de la crise sanitaire. "Le contexte lié aux transports ne permet pas aux voyageurs de se projeter sur la destination Corse. Effectivement, on a de nouveau des annulations sur le mois de juin et quelques-unes sur les mois de juillet et d’août", indique la responsable de Corsica Hôtels, Angéline Carli. Les pertes de recette au printemps sont estimées à un milliard d’euros sur l’île.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des gens profitent d\'une plage à Ajaccio (Corse-du-Sud), le 21 mai 2020.
Des gens profitent d'une plage à Ajaccio (Corse-du-Sud), le 21 mai 2020. (PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP)