Coronavirus : une seconde vague plus meurtrière ?

La seconde vague de l’épidémie de Covid-19 sera, a affirmé Emmanuel Macron mercredi 28 octobre, plus dure que la première. Damien Mascret, médecin et journaliste, décrypte la situation sur le plateau du journal de 13 Heures. 

France 2

Selon les modélisations de l’Institut Pasteur, "nous allons passer, quoi que l’on fasse maintenant, de 3 000 personnes en réanimation à 9 000 mi-novembre, ce qui veut dire que la quasi-totalité des capacités de réanimation seront occupées par des malades atteints de formes graves de Covid", explique Damien Mascret, médecin et journaliste, présent sur le plateau du 13 Heures. Les effets du confinement ne se feront sentir "que dans deux ou trois semaines". 

Priorité Covid

Pour mobiliser davantage de lits, il va falloir "recentrer l’activité des hôpitaux sur les malades du Covid", et, ainsi, fermer des lits utilisés à d'autres fins. "Théoriquement, on dispose de 12 000 lits en réanimation, mais il va falloir prendre les 5 000 habituels et rajouter une partie des 4 900 lits de réveil […] et les 3 300 lits de surveillance continue", ajoute Damien Mascret. Difficulté supplémentaire durant cette seconde vague ; les hôpitaux n’auront pas de renfort de personnel, puisque "toutes les régions sont en alerte". 

Le JT
Les autres sujets du JT
L\'unité de réanimation du centre hospitalier de Haguenau dans le Grand-Est le 26 octobre 2020.
L'unité de réanimation du centre hospitalier de Haguenau dans le Grand-Est le 26 octobre 2020. (FRANCK KOBI / MAXPPP)