Coronavirus : "Une saturation des lits réservés aux patients Covid" pourrait arriver à l'AP-HP d'ici "fin octobre, si les choses ne changeaient pas"

Bruno Mégarbane, chef du service réanimation de l’hôpital Lariboisière à Paris, estime qu'il faudra se poser la question à l'automne de réserver "d'autres lits de réanimation pour le Covid".

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le service de réanimation de l'hôpital Saint-Marie à Paris. (ALEXIS SCIARD / MAXPPP)

"Il est attendu que fin octobre, si les choses ne changeaient pas, on puisse aboutir à une saturation des lits réservés aux patients Covid dans les hôpitaux" de l'Assistance publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP), a affirmé jeudi 17 septembre sur franceinfo Bruno Mégarbane, chef du service réanimation de l’hôpital Lariboisière à Paris, après le point presse d'Olivier Véran sur le coronavirus. Le ministre de la Santé a notamment indiqué qu'il risque d'y avoir une saturation des lits de réanimation à Marseille.

Selon Bruno Mégarbane, l'Île-de-France pourrait être concernée par le même phénomène prochainement. "Début novembre, il faudra prendre la décision de consacrer d'autres lits de réanimation pour le Covid, alors qu'aujourd'hui nous prenons en charge dans ces lits les autres pathologies." 

Le chef du service réanimation de l’hôpital Lariboisière est également revenu sur la réduction de la période de quarantaine de quatorze à sept jours, annoncée par le gouvernement. "La contagiosité se fait essentiellement les cinq premiers jours après l'apparition des symptômes", explique Bruno Mégarbane. "Le fait de faire quatorze jours contre sept jours, en soi, ne réduit pas la contamination." Il précise que "la contamination résiduelle au-delà du 7e jour est de l'ordre de 5%. Au-delà du 14e, elle persiste à 2%. 

On ne change pas grand-chose, mais on améliore l'adhésion de la population à ces mesures.

Bruno Mégarbane

à franceinfo

Le médecin attire par ailleurs l'attention sur les tests qui ont "un intérêt que si, lorsqu'on est testé positif, on s'isole". Selon Bruno Mégarbane, "le plus important dans la stratégie, c'est l'isolement lorsqu'on est porteur du virus. Cela sera beaucoup mieux fait si on s'isole de façon plus courte, avec une efficacité identique."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.