Coronavirus : une maladie professionnelle ?

Le coronavirus sera considéré comme une maladie professionnelle pour les soignants, a annoncé Olivier Véran il y a quelques jours. Cette décision est saluée par les syndicats qui estiment cependant que les autres activités en première ligne, comme les caissières, les éboueurs ou encore les policiers, doivent aussi en bénéficier.

franceinfo

Les caissières, les éboueurs, les policiers, sont parmi ceux qui n'ont pas cessé le travail durant la période de confinement. Ils ont pris le risque d'être contaminés par le coronavirus et c'est pour cela que les syndicats demandent à ce qu'ils bénéficient d'une reconnaissance du Covid-19 comme maladie professionnelle, comme c'est le cas pour les personnels soignants. "J'y ai été confrontée lors des contrôles, lorsqu'on nous a dit que les masques ne servaient à rien. J'y ai été confrontée lors des fermetures de cercueils. On ne nous a pas donné les moyens qu'il fallait", raconte une policière infectée par le coronavirus sous couvert d'anonymat.

"Une question de justice"

"On a préparé une grande enquête pour le 1er mai. 90% des personnes interrogées affirment être très inquiètes pour leur santé. On estime que c'est normal que les personnes qui attrapent le coronavirus sur leur lieu de travail soient reconnues comme maladie professionnelle. C'est une question de justice", affirme Yvan Ricordeau, secrétaire national de la CFDT, dans le 23h jeudi 30 avril.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une caissière dans une librairie à Rome (Italie), le 20 avril 2020.
Une caissière dans une librairie à Rome (Italie), le 20 avril 2020. (ANDREAS SOLARO / AFP)