Cet article date de plus d'un an.

Coronavirus : un essai clinique à partir du sang de vers marins pour soulager les difficultés respiratoires

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 1 min.
Coronavirus : un essai clinique à partir du sang de vers marins pour soulager les difficultés respiratoires
France 2
Article rédigé par
France Télévisions

Les essais cliniques se multiplient pour tenter de trouver des traitements contre le Covid-19. En Bretagne, on les aperçoit souvent sur les plages : des vers marins dont le sang aurait des propriétés oxygénantes. Des recherches vont donc être menées sur une dizaine de patients atteint du virus.

C’est un ver marin qui se cache sous le sable des plages : l’arénicole. Dans son sang, des molécules capables de transporter 40 fois plus d’oxygène que notre hémoglobine. Des molécules qui pourraient permettre de soulager les malades du Covid-19 en difficulté respiratoire. C’est l’objet de l’étude clinique qui vient d’être lancée.

Une solution déjà testée avec succès

"Ça permettrait d’éviter l’intubation, et d’injecter par voie vasculaire, en intraveineuse, le produit, pour permettre aux personnes d’avoir suffisamment d’oxygène pour pouvoir respirer", précise Franck Zal, le PDG de Hemarina, une société du Finistère. Les propriétés oxygénante des arénicoles, cela fait 25 ans que le chercheur les étudient. La solution obtenue à partir de leur hémoglobine a déjà été testée avec succès lors de greffes de rein et de la deuxième greffe du visage. Elle a permis d’oxygéner les greffons, et ainsi, de mieux les conserver.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.