Cet article date de plus d'un an.

Coronavirus : un économiste estime à "6 ou 7 milliards d'euros" les "mesures de relance" pour éviter une récession en France

"Il est urgent d'agir", insiste Christopher Dembik alors que le CAC 40 a plongé de 7,2% lundi matin.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Le Cac 40, principal indice boursier de la Bourse de Paris (photo d'illustration). (ERIC PIERMONT / AFP)

Invité de franceinfo lundi 9 mars, Christopher Dembik, responsable de la recherche macroéconomique chez Saxo Banque, a estimé à "6 ou 7 milliards d'euros" les "mesures de relance" nécessaires pour "faire face au coronavirus" et éviter une récession en France, alors que le CAC 40 a plongé de 7,2% lundi matin dans le sillage des autres places financières mondiales. Ce "plan de relance budgétaire" doit, selon lui, être principalement tourné vers les entreprises, en leur permettant notamment de "se refinancer à bas coût". "En tout cas, il est urgent d'agir", a souligné Christropher Dembik.

franceinfo : Y a-t-il, selon vous, un risque réel de récession ?

Christopher Dembik : Ce qu'il faut comprendre, c'est que la plupart des dernières crises économiques ont eu leurs premiers germes sur les marchés financiers. Une crise des marchés financiers comme on a aujourd'hui peut vraiment provoquer une récession. Et surtout, l'impact économique du coronavirus est très difficile à mesurer, mais on voit très bien les quelques indicateurs qu'on a : on est vraiment sur une vague de de panique, à la fois un choc d'offres pour les entreprises, un choc sur la demande aussi. Donc, vous avez réellement ce risque de récession pour certaines économies. C'est quasiment certain pour l'Italie, vu la quarantaine, et potentiellement aussi pour la France, on commence à en parler. Ce qui va être nécessaire les prochaines heures, voire les prochains jours, c'est tout simplement d'avoir un plan de relance budgétaire français, ou encore mieux, coordonné au niveau européen. En tout cas, il est urgent d'agir.

Faites-vous le même calcul que le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, qui s'attend à ce que le PIB français perde plusieurs dixièmes de point ?

Complètement, on estime qu'on sera sur une année autour de 0,7 ou 0,8% de croissance, ce qui est bas. Dans la dernière loi de finances, le gouvernement tablait sur 1,3%. Force est de constater que le coronavirus va avoir un impact qui est très durable. Et surtout, comme on est très dépendants d'économies qui sont déjà un peu à la traîne, comme la Chine, l'Italie ou encore l'Allemagne, cela va créer un choc externe sur l'économie. Il faut donc vraiment ne pas tarder à mettre en place ces mesures de relance. Pour la France, je les estime autour de 6 à 7 milliards, a minima, pour faire face à ce coronavirus.

Quelles pourraient être ces mesures de relance ?

Le plus important aujourd'hui, ce n'est pas vraiment de viser la consommation parce que les Français vont mettre en épargne, donc ce n'est pas intéressant. Ce qu'il faut, c'est garantir que les entreprises puissent se refinancer à bas coût, et notamment les PME ou encore les entreprises de taille intermédiaire, qu'elles aient aussi des aides sur la fiscalité, et que l'État garantisse éventuellement l'accès à des prêts.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.