Coronavirus : "Sur le plan de la récession économique qui s’annonce, je ne vois strictement rien venir, que les vieilles recettes", affirme Clémentine Autain

La députée de la France insoumise s'est inquiétée sur France Inter de la gestion de l’après-confinement par le gouvernement qu'elle juge incapable "d’organiser cette réplique dans un moment aussi tragique".

Clémentine Autain, députée La France Insoumise, le 28 mai 2019 sur France Inter (capture écran).
Clémentine Autain, députée La France Insoumise, le 28 mai 2019 sur France Inter (capture écran). (FRANCEINTER)

"Nous sommes assez ahuris de voir qu’il est impossible pour ce gouvernement de penser un plan, d’anticiper les choses", a regretté la députée La France insoumise, dimanche 12 avril sur France Inter. Alors que l'Hexagone est touché par l'épidémie de coronavirus et que le confinement a été mis en place pour éviter sa propagation, la députée estime que "c’est extrêmement grave de ne pas avoir en face de nous un gouvernement capable d’organiser cette réplique dans un moment aussi tragique".

>> Suivez les dernières infos liées à la pandémie de coronavirus en direct

La députée Insoumise s’est inquiétée notamment de la gestion de l’après-confinement par le gouvernement : "Sur le plan de la récession économique qui s’annonce je ne vois strictement rien venir, que les vieilles recettes. On a entendu le ministre Bruno Le Maire nous expliquer qu’il allait falloir relancer la machine avec cet objectif de croissance, travailler plus, mettre en pièces le code du Travail."

"Des cures d’austérité à venir"

"Ce sont ces recettes néo-libérales qui nous mettent dans le mur pour affronter aujourd’hui le virus et qui risquent de se démultiplier dans les semaines qui viennent", affirme Clémentine Autain. La députée LFI estime que "cette crise doit être l’occasion de repenser intégralement notre modèle de développement". Mais pour la députée, "le gouvernement semble se préparer, avec l’aide de l’Union européenne qui vient d’annoncer son plan, à des cures d’austérité à venir".

Les cures d’austérité, on voit où elles nous ont menés concrètement à l’hôpital, avec par exemple 65 000 lits qui ont été supprimés et qui font qu’aujourd’hui nous ne sommes pas en capacité de faire face à l’épidémie.Clémentine Autain, député LFIà France Inter

"Est-ce qu’on continue à bâtir notre société sur des normes de recherche du profit à court-terme ?", s’est-elle interrogée avant d’insister sur le "court-terme". "Le fait que les recherches sur le Sras qui auraient pu nous conduire à mieux envisager le coronavirus ont été mises de côté parce qu’elles étaient jugées plus d’actualité et non rentables à court terme, c’est une logique qui nous met dans le mur", a insisté Clémentine Autain.