Coronavirus : six patients français vont être envoyés en République tchèque pour être soignés

"Nous avons offert à la France 14 lits parce que nous avons une capacité suffisante. Si nos collègues en France ont des problèmes considérables, nous devons les aider", a déclaré le Premier ministre tchèque, Andrej Babis, à la télévision publique.

Une femme porte un masque contre le Covid-19 dans les rues de Prague, en République tchèque, le 16 mars 2020. 
Une femme porte un masque contre le Covid-19 dans les rues de Prague, en République tchèque, le 16 mars 2020.  (LUKAS KABON / ANADOLU AGENCY / AFP)

Six patients français touchés par le Covid-19 seront traités "dans les jours à venir" dans un hôpital tchèque à Brno (sud), a déclaré dimanche le Premier ministre tchèque Andrej Babis, à la télévision publique.

"La France nous a demandé de l'aide, nous avons répondu à l'appel. Dans les jours à venir, l'hôpital universitaire de Brno devrait accepter six patients de France", a-t-il indiqué. "Nous avons offert à la France 14 lits parce que nous avons une capacité suffisante. Si nos collègues en France ont des problèmes considérables, nous devons les aider", a précisé le Premier ministre. 

Jusqu'à samedi, la France a enregistré 7 560 décès dus au Covid-19, tandis que 28 143 personnes étaient soignées dans des hôpitaux. La République tchèque a recensé 4 543 cas confirmés de virus, dont 67 morts, à dater de dimanche soir.

La sélection de franceinfo sur le coronavirus

• Infographies. INFOGRAPHIES. Coronavirus : nombre de décès par département, âge des malades, réanimations… Visualisez l'évolution de l'épidémie en France et en Europe

• Eclairage. Coronavirus : a-t-on raison de douter du nombre de morts annoncé par la Chine ?

• Enquête. "Notre stock se compte plutôt en jours" : des "médicaments de première ligne" risquent de manquer en pleine épidémie de Covid-19

• Témoignages. "L'épuisement physique et moral m’envahit" : le confinement sans pause de Servane, mère de trois enfants dont deux en situation de handicap

• Vidéo. "On a déjà vu l'état d'urgence rentrer dans le quotidien" : la surveillance numérique contre le coronavirus fait craindre des dérives liberticides