Cet article date de plus d'un an.

Coronavirus : si les consignes ne sont pas respectées, "le gouvernement sera contraint de passer à un confinement plus dur", avertit Marlène Schiappa

La secrétaire d'Etat à l'Egalité femmes-hommes était l'invitée de franceinfo lundi matin. Marlène Schiappa a assuré que le gouvernement pourrait durcir les confinements pour lutter contre l'épidémie de coronavirus. 

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Marlène Schiappa en novembre 2017.  (JEAN-CHRISTOPHE BOURDILLAT / FRANCE-INFO)

"Si chacun ne respecte pas les consignes qui ont été données, le gouvernement sera contraint de passer à des consignes de confinement plus dures et durcir les mesures qui ont été mises en œuvre", a affirmé lundi 16 mars sur franceinfo, Marlène Schiappa, secrétaire d'Etat à l'Egalité femmes-hommes. Elle réagissait notamment aux images que l'on a vues dans des parcs et jardins ce dimanche où les familles sont allées se promener en ne respectant ni les consignes de confinement, ni les distances de sécurité sanitaire malgré l'épidémie de coronavirus

>>> Suivez notre direct pour avoir toutes les dernières informations sur l'épidémie de coronavirus

"Il serait sain que nous suivions ces consignes de confinement qui ont déjà été données par le président et le Premier ministre sur la base des autorités sanitaires. C'est se protéger et aussi protéger les autres", a martelé Marlène Schiappa. "Le virus ne circule pas tout seul mais par l'intermédiaire des femmes et des hommes qui se déplacent", a poursuivi la secretaire d'Etat. 

Il faut que chacun y mette du sien et que les employeurs soient compréhensifs et que chacun puisse se saisir des outils mis à leur disposition. La solution est évolutive, jour après jour et heure après heure. 

Marlène Schiappa

à franceinfo

Après avoir voté ce dimanche, Marlène Schiappa est "allée au marché boulevard Raspail à Paris et aucune consigne n'était respectée", a-t-elle déploré. Les gens étaient collés les uns aux autres et personne ne respectait les distances d'un mètre entre les uns et les autres, des gens s'embrassaient et se serraient la main au mépris des conseils de sécurité sanitaire qui ont été donnés", a regretté la secrétaire d'Etat.

"Je crois maintenant qu'il faut lancer un grand appel à la responsabilité dans nos comportements même si c'est difficile parce que cela bouleverse nos habitude", a reconnu Marlène Schiappa.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.