Coronavirus : sept Français sur dix estiment que le gouvernement ne leur dit pas la vérité, selon un sondage

Près d'un Français sur deux juge que le gouvernement n'a pas pris la mesure de la gravité de la situation, selon le sondage Odoxa-Dentsu Consulting pour franceinfo et "Le Figaro" publié mercredi.

Des habitants de Bordeaux (Gironde) ont affiché une banderole sur leur balcon à destination de la population pour lutter contre le coronavirus, le 16 mars 2020.
Des habitants de Bordeaux (Gironde) ont affiché une banderole sur leur balcon à destination de la population pour lutter contre le coronavirus, le 16 mars 2020. (NICOLAS TUCAT / AFP)

Après une semaine de confinement, la confiance des Français envers le gouvernement s'est érodée. Sept sur dix (70%) estiment qu'il ne leur dit pas la vérité sur l'épidémie de coronavirus. C’est ce qui ressort du sondage Odoxa-Dentsu Consulting pour franceinfo et Le Figaro publié mercredi 25 mars.

>> Suivez l'évolution de l'épidémie de Covid-19 dans notre direct

Selon cette enquête, 55% des personnes interrogées jugent que le gouvernement n'a pas pris la mesure de la gravité de la situation, 69% qu'il n'est pas clair. Et pour les trois quarts d'entre eux (75%), l'exécutif n'a pas pris les bonnes décisions au bon moment, ne rassure pas et ne fait pas ce qu'il faut pour bien équiper les hôpitaux et les soignants face à l'épidémie. Ils sont même huit sur dix (79%) à juger que le gouvernement ne sait pas où il va.

À titre de comparaison, il y a une semaine, après la prise de parole d'Emmanuel Macron et son annonce de la mise en place des restrictions de circulation, 82% des Français estimaient que le chef de l'Etat avait pris la mesure de la gravité de la situation. Et il y a deux semaines, le 12 mars, près des deux-tiers des Français trouvaient que le gouvernement réagissait bien, voire trop, face à l’épidémie.

Le manque de moyens disponibles pour les soignants est aussi sévèrement jugé par les Français. Ils sont unanimement persuadés (97%) qu'il y a bien une pénurie de masques en France. Pour les deux tiers des personnes interrogées (65%), le gouvernement actuel est responsable de cette pénurie car il n'a pris les bonnes mesures pour rectifier le tir. Un tiers (32%) estime que ce n'est pas de sa faute et qu'il fait le nécessaire pour rattraper le retard. Dans le détail, ce sont les sympathisants de LREM qui donnent quitus au gouvernement de son action pour résorber le retard (72%). A l'inverse, toute l'opposition rend responsable le gouvernement de la pénurie, 60% des proches d'EELV, les deux tiers des sympathisant PS (67%) et LR (64%), les trois quarts des électeurs RN (74%), ainsi que huit Insoumis sur dix (83%).

86% des sondés favorables à un durcissement du confinement

Toujours selon ce sondage, neuf Français sur dix (95%) approuvent le confinement mis en place par le gouvernement pour lutter contre le coronavirus. Il est respecté par 94% des personnes interrogées. Les Français sont persuadés, à 85%, qu'il durera au moins quatre semaines. Mais près de neuf sur dix (88%) jugent que la décision aurait dû être prise plus tôt. A noter qu'un peu moins de la majorité des personnes interrogées (42%) reconnaissent vivre difficilement ce confinement.

Pourtant, les Français sont prêts à ce que ce confinement soit durci : 86% y sont favorables. Près de neuf sur dix (87%) plaident même pour l'instauration d'un couvre-feu national, à l'image de ceux déjà pris dans certaines villes. Ils se disent également prêts, à 87%, à un durcissement des sanctions pour les personnes qui circuleraient sans les bons documents. Enfin les trois quarts des personnes interrogées se disent favorables à l'interdiction du jogging et du sport individuel en plein air.

Cette enquête Odoxa-Dentsu Consulting pour franceinfo et Le Figaro a été réalisée par internet les 24 et 25 mars 2020, sur un échantillon de 1 005 Français représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.