Coronavirus : se taire dans les transports limiterait la contagion, mais est-ce possible ?

Après l’augmentation de la distanciation sociale et l’abandon des masques artisanaux pour lutter contre le Covid-19, l’Académie nationale de médecine conseille de ne plus parler ni téléphoner dans les transports en commun. 

FRANCEINFO

Se déplacer oui, mais en silence. Samedi 23 janvier, l’Académie nationale de médecine a préconisé de ne plus parler ou téléphoner dans les transports en commun pour limiter la propagation du Covid-19. La recommandation ne fait pas l’unanimité parmi les usagers du métro à Paris. "Je travaille dans un hôpital, je suis assez sensible à ces choses-là, alors, pour être honnête, si on me le demande, je le ferai", commente un Parisien.

Mesure efficace, mais risquée

À Lille (Nord), les usagers du bus doutent de la mise en application de cette préconisation. "Il y en a tout le temps qui ne mettent pas leur masque, alors en plus de ça leur demander de ne pas parler, je pense que ça ne sera jamais possible", estime une jeune femme. Plus de contraintes pour faire face à de nouveaux variants du coronavirus, potentiellement plus dangereux. Mais "on risque de perdre l’adhésion de la population. Et, si la population ne suit plus les mesures, alors elles perdent en efficacité", alerte le Dr Pascal Crépey, épidémiologiste. Cet avis n’est pas encore une recommandation officielle.  

 

Le JT
Les autres sujets du JT
Des usagers portent des masques dans le métro parisien, le 25 mai 2020, en respect des mesures sanitaires mises en place pendant l\'épidémie de Covid-19.
Des usagers portent des masques dans le métro parisien, le 25 mai 2020, en respect des mesures sanitaires mises en place pendant l'épidémie de Covid-19. (BENOIT DURAND / HANS LUCAS / AFP)