RECTIFICATIF. Les "motifs impérieux" pour les voyageurs voulant entrer en France ne sont pas encore connus

Annoncée par Jean Castex vendredi, l'obligation de justifier d'un de ces motifs pour franchir la frontière depuis un pays extérieur à l'UE doit entrer en vigueur dimanche.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
L'aéroport Charles-de-Gaulle, à Roissy (Val-d'Oise), le 6 avril 2020. (JULIE FRANCHET / HANS LUCAS)

RECTIFICATIF. Une première version de cet article, publiée samedi matin, listait 21 motifs présentés comme ceux qui seraient acceptés comme justification d'une entrée en France depuis un pays extérieur à l'Union européenne. Cette liste était tirée d'une attestation de déplacement mise en ligne par le ministère des Affaires étrangères, et qui figurait sur son site dans un article mis à jour vendredi. Nous avions en parallèle tenté de contacter le Quai d'Orsay, sans obtenir de réponse.

Le ministère de l'Intérieur, qui a contacté franceinfo, nous a depuis indiqué que l'attestation en question ne serait plus en vigueur à partir de dimanche, et qu'une nouvelle liste de "motifs impérieux" devait être dévoilée samedi soir. Nous avons corrigé notre article en conséquence, et présentons nos excuses à nos lecteurs.


C'est une des mesures censées donner à la France "encore une chance d'éviter le confinement". Le Premier ministre, Jean Castex, a annoncé vendredi 29 janvier de nouvelles restrictions face à l'épidémie de Covid-19, dont la fermeture des frontières françaises aux personnes en provenance de pays extérieurs à l'Union européenne, "sauf motif impérieux". Une mesure qui doit être appliquée à partir de minuit dans la nuit de samedi à dimanche.

>> Coronavirus : suivez notre direct

Mais quels seront les motifs acceptés ? Jusqu'ici, les voyageurs en provenance d'un pays hors-UE (à l'exception d'une poignée de pays n'étant pas considérés comme des zones de circulation du virus) devaient remplir une attestation de déplacement comprenant 21 catégories de motifs acceptés. Et le fait d'être de nationalité française était considéré comme un motif suffisant.

Mais cette attestation ne sera plus valable à partir de dimanche, indique le ministère de l'Intérieur à franceinfo. Des réunions étaient en cours, samedi, pour décider quels seront les "motifs impérieux" qui permettront d'entrer en France à partir de dimanche. Elles figureront dans un décret qui doit, selon l'Intérieur, être publié samedi dans la soirée.

Un test PCR négatif exigé pour entrer en France

On ignore donc, pour l'instant, quels seront les motifs de déplacement retenus. Ni s'ils seront identiques aux motifs permettant de franchir la frontière en sens inverse, pour sortir du territoire français.

Un test PCR négatif sera par ailleurs demandé pour toute entrée en France. La mesure était déjà en vigueur concernant les arrivées depuis les pays extérieurs à l'UE, mais est désormais étendue aux membres de cette dernière, y compris pour le transport terrestre. Les travailleurs transfrontaliers feront cependant exception.

Tous les déplacements en provenance et en direction des territoires ultramarins seront également soumis à des attestations de motifs impérieux. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.