C'est mon boulot, France info

Coronavirus : quelles mesures gouvernementales pour les chômeurs et le calcul de leurs droits ?

Les ordonnances prises par le gouvernement dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire prévoient des mesures pour les chômeurs. L’idée générale : les droits sont prolongés et les contrôles sont annulés.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Muriel Pénicaud, ministre du Travail à l\'Assemblée nationale, à Paris le 24 mars 2020. Photo d\'ilustration.
Muriel Pénicaud, ministre du Travail à l'Assemblée nationale, à Paris le 24 mars 2020. Photo d'ilustration. (JACQUES WITT / POOL)

La bonne nouvelle a été confirmée mercredi 25 mars par Muriel Pénicaud, la ministre du Travail : tous les chômeurs qui arrivaient en fin de droit en mars vont voir leur allocation maintenue. "C’est comme si ce mois n’avait pas existé dans le calcul de leurs droits." dit-on au ministère. Que se passera-t-il si la crise sanitaire se prolonge au-delà ? Le gouvernement ne le dit pas pour l’instant, mais la philosophie des ordonnances prises par le gouvernement dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire est bien celle d’un prolongement de cette bienveillance. Pas d’angoisse à avoir, dit Muriel Pénicaud. Autrement dit, pas de double peine pour les chômeurs. Le prolongement des droits est automatique, vous n’avez pas de démarche à faire.

Les contrôles suspendus

Les chômeurs doivent-ils continuer à chercher du travail ? Réponse double. D’une part la ministre du Travail a annoncé la suspension de toutes les radiations et de tous les contrôles. En clair, on ne se fera pas sortir de Pôle emploi parce qu’on n’a pas cherché de travail pendant cette période exceptionnelle, où les entreprises mettent leurs salariés au chômage partiel et ont donc autre chose à faire qu’à embaucher. Néanmoins, les chômeurs sont invités à "poursuivre activement leurs démarches", pour citer Pôle emploi, qui assure que de nouvelles offres sont disponibles, notamment dans les secteurs en forte tension en raison de la crise sanitaire. Ça peut-être la grande distribution, la logistique, l’agro-alimentaire, la fabrication de masques ou l’agriculture.

Didier Guillaume a appelé mardi les Français à "rejoindre la grande armée de l’agriculture française". Comme on ne va pas pouvoir faire appel à la main d’œuvre étrangère habituellement employée pour les récoltes, il faut que les Français s’y mettent. Et notamment les demandeurs d’emploi. Comme tous les volontaires – il y en aurait déjà 40 000 selon la présidente de la FNSEA, Christiane Lambert – ils pourront avoir accès aux offres directement sur le site du ministère du Travail, sans passer par Pôle emploi.

Les agences Pôle emploi sont désormais fermées. Toutes les démarches doivent se faire en ligne ou par téléphone, au 39 49. Des agents continuent à recevoir et à traiter le courrier papier. Il reste toutefois la possibilité de recevoir quelques demandeurs d’emploi en agence, mais de façon exceptionnelle et il faut appeler son agence pour prendre un rendez-vous. Enfin, la crise et la prolongation des droits n’empêchent pas de devoir s’actualiser tous les mois. En ligne évidemment.

Muriel Pénicaud, ministre du Travail à l\'Assemblée nationale, à Paris le 24 mars 2020. Photo d\'ilustration.
Muriel Pénicaud, ministre du Travail à l'Assemblée nationale, à Paris le 24 mars 2020. Photo d'ilustration. (JACQUES WITT / POOL)