VIDEO. Déconfinement : "Je ne pense pas qu’on aura un afflux massif de patients à l’hôpital", estime l'infectiologue Karine Lacombe

Si le seuil d'alerte a été fixé à 50 personnes positives au Covid-19 pour 100 000 tests réalisés en Allemagne, en France il est encore à l’étude. 

France 2

Si 3 000 à 4 000 contaminations ont été détectées chaque jour en France pendant le confinement, combien après le déconfinement ? Selon l’infectiologue Karine Lacombe, invitée du 20 heures de France 2 mardi 12 mai, il est difficile d’avoir une idée bien précise du nombre d’individus qui pourront être contaminés au cours de cette période. "Pour l’instant, cela va complètement dépendre du nombre de tests qui sont faits, parce que plus on va faire de tests, plus on va dépister de personnes. Vous savez qu’en Allemagne, il y a un seuil qui a été fixé pour remettre une certaine dose de confinement, qui est à peu près de 50 positifs pour 100 000 tests faits. En France, ce seuil est encore à l’étude", explique la scientifique. 

"On a beaucoup plus de mesures de protection" 

Jean Castex, le "Monsieur déconfinement" du gouvernement, a précisé qu’un reconfinement d’urgence pourrait être mis en place. Faut-il craindre une seconde vague aussi forte que la première ? "Je pense que ce sera complètement différent : on a beaucoup plus de mesures de protection qu’on avait auparavant et on aura des services positionnés pour accueillir des patients positifs. Mais je ne pense pas qu’on aura un afflux massif de patients à l’hôpital. On aura des foyers épidémiques qui seront, j’espère, très vite identifiés et isolés", pronostique Karine Lacombe

Le JT
Les autres sujets du JT
Une ordonnance pour la réalisation d\'un test de dépistage PCR du Covid-19.
Une ordonnance pour la réalisation d'un test de dépistage PCR du Covid-19. (VOISIN / PHANIE / AFP)