Coronavirus : pourquoi fermer les frontières contre l’avis des scientifiques ?

On a beaucoup entendu le gouvernement et les autorités sanitaires dire que les contrôles aux frontières n’arrêtaient pas la propagation du virus. Pourtant, c’est ce qui est mis en place depuis le 17 mars. Édouard Philippe justifie cette mesure.

France 2

Alors que les scientifiques répètent que les contrôles aux frontières n’arrêtent pas le virus, pourquoi y vient-on ce mardi 17 mars ? « Si les autorités sanitaires le disent, il faut le prendre en compte. On a peut-être tous un avis sur ce qu’il convient de faire, mais écouter les autorités sanitaires lorsqu’elles disent ‘ça n’a pas de sens, ça ne sert à rien’, ce n’est peut-être pas inutile, c’est même très sain », a d’abord rappelé le Premier ministre interviewé dans le 20 Heures.

« Il peut avoir du sens à faire des contrôles sanitaires aux frontières »

« Mais le président de la République s’est beaucoup battu auprès de l’ensemble des États membres de l’Union européenne, auprès de la Commission européenne pour qu’une décision commune soit arrêtée s’agissant de la fermeture des frontières », a-t-il tenu à expliquer. « Dès lors que nous sommes dans une logique de confinement, il peut avoir du sens à faire des contrôles sanitaires aux frontières », justifie-t-il.

 

Le JT
Les autres sujets du JT
Le Premier ministre français Edouard Philippe, dimanche 15 mars 2020, au Havre (Seine-Maritime).
Le Premier ministre français Edouard Philippe, dimanche 15 mars 2020, au Havre (Seine-Maritime). (LOU BENOIST / AFP)