Coronavirus : pour les soignants étudiants, un début de carrière difficile

Des jeunes infirmiers ou des jeunes internes se sont retrouvés dès leurs premiers pas face à l’épidémie de coronavirus. Jamais, ils n’avaient pensé être aussi rapidement confrontés à une telle situation et à la mort.

France 2

Comme chaque soir depuis six semaines, Étienne Al-Hag sort de l’hôpital. Sa mission pendant la crise : transférer les patients atteints par le Covid-19. Après un mois et demi loin de ses proches pour les protéger, il a pu retrouver sa femme et ses trois enfants. La fin d’un sacrifice pour ce père de famille. "Au-delà du fait de ce qu’on a affronté à l’hôpital, le manque de moyens, le travail dégradé, toute cette réarticulation au quotidien des services, ce qui nous a le plus pesé c’est de se retrouver seul le soir", raconte un étudiant en deuxième d’étude d’infirmier.

Contacter les familles

Tous les jours, Benoît Gille a vu les patients graves défiler. Sa plus grande crainte : devoir en refuser par manque de place. Et faute de visite autorisée, l’interne en réanimation a eu la difficile mission de contacter les familles pour leur donner des nouvelles.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des infirmières au sein des urgences de l\'hôpital Lariboisière à Paris, le 27 avril 2020 (photo d\'illustration).
Des infirmières au sein des urgences de l'hôpital Lariboisière à Paris, le 27 avril 2020 (photo d'illustration). (JOEL SAGET / AFP)