Coronavirus : pour Brune Poirson, la hausse de l'utilisation du plastique est "poussée par des lobbies"

La secrétaire d'État auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire s'est exprimée sur RTL, mardi.

Brune Poirson, la secrétaire d\'État auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire, à l\'Elysée, à Paris, le 12 février 2020.
Brune Poirson, la secrétaire d'État auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire, à l'Elysée, à Paris, le 12 février 2020. (ALAIN JOCARD / AFP)

Le recours au plastique est en hausse depuis plusieurs semaines à la faveur des mesures adoptées pour tenter d'endiguer la pandémie de Covid-19. En effet, avec la crise sanitaire, de nouveaux usages nécessitant du plastique sont apparus. Cette explosion "n'est pas arrivée comme ça", a déclaré Brune Poirson, secrétaire d'État auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire, mardi 26 mai, sur RTL.

>> Retrouvez les dernières informations sur la pandémie de Covid-19 dans notre direct

Cette hausse "est arrivée dans notre quotidien parce qu'elle a été poussée par des lobbies. On les a fait sortir par la grande porte à l'occasion de la loi anti-gaspillage, qui a été votée en février dernier, et ils sont en train de revenir par la fenêtre", a déploré Brune Poirson.

"Vieilles recettes"

La secrétaire d'État a condamné les "vieilles recettes" utilisées par ces lobbies, déclarant qu'ils "font des mélanges entre toutes les études scientifiques pour les tordre et les mettre dans le sens qui les arrange". Toutefois, elle assure ne pas baisser les bras : "Je ne me sens pas impuissante, mais j'ai besoin de continuer à être soutenue."

En plein confinement, le Medef, par exemple, a dit souhaiter "un moratoire" sur la mise en place de mesures environnementales, notamment dans la lutte contre le gaspillage et le recyclage. Pour la principale organisation patronale, compte tenu de la crise liée au coronavirus, il est "indispensable d'envisager de reporter (...) les délais d'application de la loi afin de garantir une participation pleine et entière des entreprises à la préparation des textes sur l'économie circulaire".