Coronavirus : plusieurs plateformes d'enseignement à distance saturent face au grand nombre de connexions

Le ministère de l'Education nationale indique qu'il est "normal que des phénomènes de saturation" et "des difficultés de connexion surviennent en ce premier jour de mise en place de continuité pédagogique".

Un élève étudie depuis son domicile après la fermeture des établissements scolaires en raison de l\'épidémie de Covid-19, le 16 mars 2020 à Arras (Pas-de-Calais).
Un élève étudie depuis son domicile après la fermeture des établissements scolaires en raison de l'épidémie de Covid-19, le 16 mars 2020 à Arras (Pas-de-Calais). (MAXPPP)

La continuité pédagogique chère à Jean-Michel Blanquer a quelques retards à l'allumage. Plusieurs outils mis en place pour suivre les cours sur internet connaissent des difficultés d'accès en raison d'un nombre important de connexions, a appris franceinfo lundi 16 mars auprès d'utilisateurs et du ministère de l'Education nationale.

>> Suivez en direct l'évolution de la situation liée au coronavirus en France

La fermeture des écoles, collèges, lycées et universités a été annoncée jeudi par Emmanuel Macron pour ralentir la propagation de la pandémie de Covid-19 sur le territoire. Appliquée à partir de ce lundi, cette mesure qui concerne 12 millions d'élèves doit durer "jusqu'à nouvel ordre". "La période qui s'ouvre ne doit pas être une période durant laquelle les élèves ne peuvent pas travailler", avait toutefois prévenu Jean-Michel Blanquer dès jeudi soir, indiquant que les élèves pourraient accéder à leurs ENT (espaces numériques de travail) pour continuer de suivre leurs cours.

"Mes élèves sont désœuvrés"

Las, ces outils connaissent d'importants problèmes techniques. "Rien ne marche, les ENT sont saturés", témoigne auprès de franceinfo Christophe Fradiani, professeur de maths dans un lycée de Gaillac (Tarn). "Le site plante complètement, on n'est plus en contact ni avec nos élèves, ni avec nos collègues, ni avec nos directions", explique le professeur. "Dans mon lycée, pour les élèves de terminale, ce qui était prévu cette semaine, c'était un bac blanc. On leur a envoyé les sujets ce matin pour qu'ils le fassent chez eux, mais ils ne les ont jamais reçus, donc là ils sont désœuvrés", soupire-t-il. 

Sur les réseaux sociaux, des témoignages provenant aussi bien d'enseignants que d'élèves vont également en ce sens.

Contacté, le ministère de l'Education nationale indique qu'il est "normal que des phénomènes de saturation" et "des difficultés de connexion surviennent en ce premier jour de mise en place de continuité pédagogique". "En ce qui concerne les ENT, des permanences existent dans les établissements et les recherches de solutions se font au niveau local", ajoute-t-on rue de Grenelle.

Le ministère précise en revanche que le Centre national d’enseignement à distance (Cned) assure "la montée en puissance" de son infrastructure et "n'a constaté aucun incident majeur". "Des microcoupures de quelques minutes peuvent se produire, elles sont dues à des opérations de maintenance permettant le fonctionnement optimal du service", conclut le ministère.

La sélection de franceinfo sur le coronavirus

• Décryptage. Coronavirus : à quoi correspond le stade 3 de l'épidémie annoncé par le directeur général de la Santé ?

• Synthèse. Fermeture des lieux recevant du public, déplacements limités... Ce qu'il faut retenir des annonces d'Edouard Philippe sur l'épidémie de coronavirus

• Reportage. Fermetures des restaurants, cafés et bars : "Je ne comprends pas cet affolement sur 24 heures", réagissent les professionnels

• Témoignage. "Le cœur y est, mais on ne s'embrasse pas" : les fêtes de famille chamboulées par le coronavirus

• VIDEO. Coronavirus : les quatre gestes simples à adopter pour se protéger et éviter la propagation