Coronavirus : plus de la moitié des travailleurs dans le monde risquent de perdre leurs moyens de subsistance dans les prochains mois

L'Organisation internationale du travail (OIT) a donné l'alerte, mercredi. Elle craint que la situation se complique encore d'ici à l'été.

Un salarié dans un entrepôt près de Barcelone (Espagne), le 27 avril 2020.
Un salarié dans un entrepôt près de Barcelone (Espagne), le 27 avril 2020. (LLUIS GENE / AFP)

En raison de l'épidémie de Covid-19, il faut s'attendre à un "impact énorme en matière de pauvreté". C'est en ces termes que l'Organisation internationale du travail (OIT) a présenté sa dernière étude, mercredi 29 avril. Plus de la moitié des 3,3 milliards de travailleurs dans le monde risquent de perdre leurs moyens de subsistance au cours de ce deuxième trimestre, alerte le directeur général de l'organisation, Guy Ryder.

>> Coronavirus : retrouvez les dernières informations dans notre direct

Trois quarts des travailleurs informels (soit 1,6 milliard de personnes dans le monde) doivent désormais faire face "au danger immédiat de voir leurs moyens de subsistance anéantis", prévient l'OIT, ajoutant que la quasi-totalité travaillent dans des unités de moins de 10 salariés.

Alors que ces personnes figurent parmi les plus vulnérables sur le marché du travail, "nous devons tous penser à la souffrance humaine qui se cache derrière ce chiffre", relève Guy Ryder, précisant que ces prévisions concernent le deuxième trimestre.

La situation devrait s'aggraver au 2e trimestre

Rien que durant le premier mois de la crise, le revenu des travailleurs informels a reculé de 60% dans le monde. Cela se traduit par une chute de 81% en Afrique et dans les Amériques, 21,6% en Asie-Pacifique et 70% en Europe et en Asie centrale. Sans sources de revenus alternatives, ces travailleurs et leurs familles n'auront plus de moyens de subsistance.

Si l'on additionne les employeurs et les travailleurs indépendants, quelque 436 millions d'entreprises des secteurs les plus touchés à travers le monde sont actuellement confrontées à des risques élevés de graves perturbations. Plus de la moitié d'entre elles (quelque 232 millions) se trouvent dans le commerce de gros et de détail. Selon l'OIT, les secteurs les plus touchés par la paralysie de l'économie sont les services d'hébergement et de restauration, l'industrie, le commerce de gros et de détail, l'immobilier et les activités commerciales.

Des "millions d'entreprises à travers le monde ont du mal à tenir la tête hors de l'eau. Elles n'ont pas d'épargne ou pas d'accès au crédit. Voilà pourtant le vrai visage du monde du travail. Si nous ne leur venons pas en aide dès à présent, elles vont périr, tout simplement", conclut Guy Ryder dans un communiqué. Au deuxième trimestre, la situation devrait s'aggraver encore en raison de la prolongation et de l'extension des mesures de confinement.