Coronavirus : Nice suspend toute visite dans ses Ehpad municipaux

Le confinement des Ehpad niçois et de leurs 236 résidents, imposé le 15 mars, avait été levé le 8 juin.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le maire Les Républicains de Nice lors d'une conférence de presse, à Nice (Alpes-Maritimes), le 19 août 2020. (VALERY HACHE / AFP)

"La situation est grave." Christian Estrosi, maire Les Républicains de Nice, a annoncé, jeudi 10 septembre, la suspension des visites dans les quatre Ehpad municipaux. A Nice (Alpes-Maritimes), le confinement des Ehpad municipaux et de leurs 236 résidents, imposé le 15 mars, avait été levé le 8 juin.

>> Retrouve les dernières informations sur la pandémie de Covid-19 dans notre direct

"J'assume des choses qui peuvent paraître impopulaires (...) Certains peuvent parler d'un semi-confinement (...) En fonction de l'évolution (...) je serai amené à prendre des mesures sans doute plus fortes encore dans les semaines qui viennent voire les jours", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse. "Je ne vois pas par quel miracle on serait épargné", a-t-il ajouté, en évoquant le rebond de l'épidémie à Marseille (Bouches-du-Rhône), Barcelone (Espagne) ou en Israël.

Annulation de la Journée du patrimoine

L'édile a aussi annoncé une nouvelle distribution de masques en tissu, une reprise de la livraison de repas à des personnes âgées vulnérables, mais aussi l'annulation de la Journée du patrimoine et la limitation drastique des participants aux activités de loisirs auxquels les Niçois peuvent s'inscrire dans les centres d'animation de la ville.

Dans les Alpes-Maritimes, département classé rouge depuis le 28 août, le nombre de malades du Covid-19 en réanimation a doublé en moins de quinze jours. Le CHU de Nice est cependant très loin de la saturation avec 7 patients en réanimation. "Si la dynamique perdurait, on serait peut-être en difficulté dans quelques jours ou quelques semaines", a estimé son directeur Charles Guepratte.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.