VRAI OU FAKE Coronavirus : des scientifiques de Madagascar ont-ils mis au point un remède à base de plantes médicinales ?

Distribuée à la population malgache et à des pays étrangers, la boisson, appelée "Covid-Organics", n'a pour l'instant pas fait l'objet d'essais thérapeutiques. L'OMS réclame des preuves de son efficacité.

Le président de la République de Madagascar, Andry Rajoelina, prend une gorgée de Covid-Organics, un remède à base de plantes médicinales mis au point par l\'Institut malgache de recherches appliquées, devant la presse le 20 avril 2020 à Antananarivo (Madagascar).
Le président de la République de Madagascar, Andry Rajoelina, prend une gorgée de Covid-Organics, un remède à base de plantes médicinales mis au point par l'Institut malgache de recherches appliquées, devant la presse le 20 avril 2020 à Antananarivo (Madagascar). (HENITSOA RAFALIA / ANADOLU AGENCY)

Madagascar aurait-elle trouvé une solution thérapeutique contre le coronavirus ? Alors que l'Etat insulaire dénombrait 826 contaminations et 6 décès des suites du Covid-19 selon un bilan arrêté à la date du 2 juin, des internautes ont partagé une apparente bonne nouvelle : des scientifiques malgaches auraient découvert un remède contre le Sars-CoV-2. Ils auraient d'ores et déjà commencé à l'exporter vers plusieurs pays africains.

Baptisé Covid-Organics (abrégé CVO), ce breuvage aurait même fait l'objet d'une validation par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) après un entretien du président de la République malgache avec le directeur général de l'OMS. Info ou intox. L'équipe du #VraiOuFake revient sur les secrets de fabrication de cette fameuse boisson.

Une tisane miracle ?

C'est lors d'un discours télévisé du 19 avril qu'Andry Rajoelina, président de la République de Madagascar, a annoncé la nouvelle : l'Institut malgache de recherches appliquées (Imra), appuyé par le gouvernement, a décidé d'utiliser une plante médicinale contre le coronavirus, l'artemisia annua. 

Cette plante est bien connue du monde médical : utilisée dans certains pays contre le paludisme – malgré une mise en garde de l'Académie nationale de médecine en 2019 –, l'armoise annuelle (aussi appelée absinthe chinoise) fait l'objet de recherches sur ses effets contre le Syndrome respiratoire aigu sévère (Sras).

Selon le président malgache, l'armoise annuelle doit servir de "base de traitement à la fois curatif et préventif avec d'autres plantes endémiques" contre le Covid-19, précise une synthèse mise en ligne par l'ambassade de France. Ce traitement, le Covid-Organics, serait composé à 62% d'artemisia annua – le reste de sa composition n'étant pas divulgué.

Le premier exportateur mondial d'armoise

Vendu dès le lundi 20 avril sous forme de bouteilles ou de sachets d'herbes à infuser, le Covid-Organics est distribué gratuitement dans tout Madagascar à partir du début du mois de mai, avec des "essais thérapeutiques" conduits en parallèle, assure la présidence. Soucieux d'en faire la promotion, le président malgache a même présenté le produit en public, prenant une gorgée devant l'objectif. 

Andry Rajoelina affirmait ainsi le 12 mai à France 24 que "la majeure partie [des 105 malades guéris] ont pris uniquement le produit Covid-Organics." Une affaire qui pourrait être profitable, Madagascar étant le premier exportateur mondial d'artemisia annua, rapporte La 1ère.

Des lots de Covid-Organics sont présentés à la presse à Antananarivo le 20 avril 2020.
Des lots de Covid-Organics sont présentés à la presse à Antananarivo le 20 avril 2020. (RIJASOLO / AFP)

Un engouement à l'étranger

Séduits, plusieurs gouvernements ont organisé des livraisons du "remède" par avion. Le 8 mai, le président tanzanien John Magufuli charge par exemple une délégation pour récupérer des lots de Covid-Organics à Madagascar, rapporte la présidence malgache. Le 12 mai, c'est au tour de la Gambie de recevoir une cargaison de CVO, gracieusement "offerte" aux pays de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cedeao), selon le site anglophone de la chaîne Al Jazeera. Le lendemain, les Comores reçoivent également la décoction ainsi que de la chloroquine et des masques chirurgicaux, rapporte Africa News. D'autres pays comme la Guinée-Bissau, la Guinée équatoriale, le Niger et Haïti s'en font aussi livrer.

Mais les chercheurs malgaches ne s'arrêtent pas là. Outre cette tisane à base d'artemisia annua, l'Imra travaillerait désormais sur un protocole d'injections à base d'armoise annuelle. C'est ce qu'a affirmé le président malgache le 26 mai, selon La 1ère. "Cela fait partie d'une coopération régionale, en collaboration avec des médecins et des scientifiques aux Etats-Unis", précise Andry Rajoelina à RFI. La docteure Marie Michelle Sahondrarimalala, directrice des études juridiques de la présidence, corrige pourtant le chef de l'Etat malgache : "Il n'y a pas d'artemisia. Il n'y a pas d'artemisia" dans la composition de ces injections, répète-t-elle, citée par RFI.

L'OMS doute de l'efficacité du Covid-Organics

Si la présidence malgache vante les mérites de ces apparentes découvertes, l'Organisation mondiale de la santé, elle, se montre plus réservée. Dans un communiqué du 4 mai, elle alerte : "Des plantes médicinales telles que l'artemisia annua sont considérées comme des traitements possibles [contre le Covid-19], mais des essais devraient être réalisés pour évaluer leur efficacité et déterminer leurs effets indésirables", déclare le bureau de l'OMS à Brazzaville (République du Congo).

Les Africains méritent d'utiliser des médicaments testés selon les normes qui s'appliquent aux médicaments fabriqués pour les populations du reste du monde.L'OMSdans un communiqué daté du 4 mai 2020

Des virologues étrangers émettent eux aussi des doutes sur les trouvailles des chercheurs malgaches et de leurs "essais". C'est le cas du virologue sud-africain Denis Chopera, interrogé par la radio Voice of America : "Je ne pense pas que [le Covid-Organics] fasse le moindre mal, mais [les gens] ne devraient pas s'attendre à ce qu'il les soigne du Covid-19 parce que cela n'a pas été prouvé scientifiquement."

Des soldats de l\'armée malgache distribuent des masques et des sachets d\'herbes à infuser contre le coronavirus, le 22 avril 2020, dans le centre-ville d\'Antananarivo.
Des soldats de l'armée malgache distribuent des masques et des sachets d'herbes à infuser contre le coronavirus, le 22 avril 2020, dans le centre-ville d'Antananarivo. (RIJASOLO / AFP)

Face aux réserves de l'OMS, le président malgache s'est défendu d'avoir déjà procédé à des tests concluants, chiffres à l'appui, avant d'ajouter, sur RFI : "Si ce n'était pas Madagascar, mais si c'était un pays européen qui avait découvert en fait ce remède, est-ce qu'il y aurait autant de doutes ? Je ne pense pas." Une fake news, démontée par l'AFP, a même annoncé que Madagascar quittait l'OMS à cause de la "mauvaise foi de l'Europe envers l'Afrique".

Aucune preuve scientifique que le CVO guérit

Et contrairement à ce qu'ont annoncé certaines publications Facebook, l'OMS n'a pas approuvé le Covid-Organics. Dans un échange en visioconférence avec Andry Rajoelina daté du 21 mai, le directeur général de l'OMS Tedros Adhanom Ghebreyesus a simplement conclu avec Madagascar "un accord de confidentialité" temporaire sur la composition du Covid-Organics et des injections. Il a aussi proposé l'aide de son "unité sur la médecine traditionnelle" pour "affiner les protocoles" des essais cliniques malgaches.

"Nous pouvons vous aider pour que cela soit aussi scientifique que possible pour que lorsque les résultats sortent, ils soient acceptables à l'échelle mondiale", a ainsi déclaré le directeur général de l'OMS. Mais jamais Tedros Adhanom Ghebreyesus n'a annoncé une quelconque validation des deux supposés remèdes.