Coronavirus : l’unité nationale se fissure de plus en plus

Edouard Philippe annonce, lundi 23 mars, un durcissement du confinement de la population, ordonné pour lutter contre la pandémie de coronavirus.

franceinfo

Les images des Français faisant leur jogging et leur marchés sans respecter les consignes de distanciation donnaient l’impression que la population n’avait pas pris la mesure de la pandémie de Covid-19. Edouard Philippe a annoncé, lundi 23 mars, de nouvelles restrictions concernant les marchés, les sorties sportives ou médicales. Mais à la fin de son allocution télévisée lundi soir, le Premier ministre a demandé aux Français d’être à la hauteur de l’événement. Mais pas question encore d’ordonner un confinement total.

Une gestion contestée

L’opposition attaque de plus en plus sur la gestion de cette crise sanitaire : stock de masques, politique des tests sur la population... La maire de Paris Anne Hidalgo demande un confinement plus dur encore. Marine Le Pen (RN) souhaite un couvre-feu. L’unité nationale se fracture. La majorité fait bloc, mais en parallèle, les théories du complot et les fausses informations se multiplient sur les réseaux sociaux, ce qui n’aide pas vraiment le travail du gouvernement.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le Premier ministre Edouard Philippe lors d\'une déclaration au ministère de la Santé, samedi 14 mars 2020.
Le Premier ministre Edouard Philippe lors d'une déclaration au ministère de la Santé, samedi 14 mars 2020. (THOMAS SAMSON / AFP)