Coronavirus : les viticulteurs en difficulté, la région Occitanie promet un plan d'aides "inédit"

Afin d'aider les viticulteurs touchés par la crise sanitaire, la région Occitanie a annoncé un plan d’aides de 14 millions d'euros, cofinancé avec les professionnels. La baisse des ventes de vin est importante, notamment sur le marché de l’hôtellerie restauration.

Des vignes, à Montpellier (Occitanie). Photo d\'illustration.
Des vignes, à Montpellier (Occitanie). Photo d'illustration. (GUILLAUME BONNEFONT / MAXPPP)

Les 24 000 exploitations viticoles d’Occitanie ont beaucoup souffert pendant le confinement. C'est la première région productrice de vin au monde avec ses 270 000 hectares de vignes. Il y a eu évidemment tous les hôtels restaurants qui n’ont pas commandé de vins, mais aussi le report des salons qui permettent de vendre aux particuliers et un effondrement du marché des cavistes, qui commence à peine à reprendre.

D'origine suisse, Dominik Benz est venu s’installer en Ariège pour produire du vin bio. Pour lui, la mesure la plus efficace doit être décidée par l’État. "Si je repousse les cotisations sociales, j'aurai ensuite une grosse somme à payer que je ne pourrai pas payer, explique-t-il. C'est ça qui nous fait vraiment mal. C'est difficile à payer. Si on peut avoir un soutien, si on ne paye pas les trois mois à venir, ou un remboursement, c'est ce qui peut nous aider le plus."

Pour nous, le plus dur, ce sont les cotisations sociales. On a le même travail qu'en temps normal, la vigne pousse autant que s'il n'y avait pas le coronavirus.Dominik Benz, viticulteurà franceinfo

Carole Delga, présidente de la région Occitanie, promet un plan d’aide exemplaire de la région. Un plan de relance à hauteur de 14 millions d’euros financé à part égale par le conseil régional et l’interprofession. "C'est inédit. C'est un plan sur 18 mois", affirme la présidente de la première région productrice de vin au monde, avec ses 270 000 hectares de vignes.

Une consommation à la baisse depuis le 11 mai

Parmi les autres mesures de soutien, le conseil régional annonce aussi une campagne de promotion, du type "consommer dans ma zone", pour mettre en avant notamment les drive fermiers. Paradoxe de la reprise pour Dominik Benz, vigneron ariégeois : la consommation recule depuis le déconfinement. "Depuis le 11 mai, on a vu que les systèmes de drive ne marchent plus trop, voire du tout. On vend beaucoup moins depuis le déconfinement qu'avant. C'est quand même bizarre, alors que le déconfinement était censé relancer l'économie."

En revanche, pas question pour la région Occitanie de distribuer, comme l’avaient fait les viticulteurs de l’Aude il y a une dizaine d’années, des bouteilles de vin gratuite aux péages autoroutiers.

Les difficultés des viticulteurs du Sud-Ouest : écoutez le reportage de Stéphane Iglésis
--'--
--'--