Coronavirus : les survivalistes confortés par la crise

La crise sanitaire du Covid-19 a déstabilisé beaucoup d’entre nous, mais a conforté les certitudes de ceux qu’on appelle les survivalistes ou les collapsologues. Des hommes et des femmes qui se préparent à une éventuelle catastrophe qu’ils jugent inévitable.

France 3

Avant le début de la pandémie de Covid-19, les équipes de France 2 ont rencontré des survivalistes, au beau milieu du Béarn, dans une ferme rénovée. Ces militants de la décroissance, installés sur 11 hectares, ont tout quitté, leur logement et leur travail, pour se débrouiller par eux-mêmes. "On essaie de produire notre propre eau, notre propre énergie, principalement l’énergie électrique et notre chauffage", explique Marc Fleysier, l’un des cofondateurs de "La Ferme légère".

Anticiper l’effondrement de la société

Organisés en collectif, jusqu’à dix personnes vivent dans cette ferme à l’année. Tous paient un loyer et doivent participer aux tâches. Leur objectif, anticiper l’effondrement de notre société sans dépendre des supermarchés, du pétrole et de la mondialisation. Le confinement les a confortés dans leur philosophie. Ils appartiennent à un vaste courant, devenu très populaire ces dernières semaines : la collapsologie. En France, ils seraient plusieurs dizaines de milliers, avec parfois des différences radicales.

Le JT
Les autres sujets du JT
La crise sanitaire du Covid-19 a déstabilisé beaucoup d’entre nous, mais a conforté les certitudes de ceux qu’on appelle les survivalistes ou les collapsologues. Des hommes et des femmes qui se préparent à une éventuelle catastrophe qu’ils jugent inévitable.
La crise sanitaire du Covid-19 a déstabilisé beaucoup d’entre nous, mais a conforté les certitudes de ceux qu’on appelle les survivalistes ou les collapsologues. Des hommes et des femmes qui se préparent à une éventuelle catastrophe qu’ils jugent inévitable. (France 3)