Coronavirus : les soignants sur tous les fronts

La situation sanitaire est encore préoccupante en France avec 6 500 morts depuis début mars et 1 400 dans les maisons de retraite. Les transferts se poursuivent dans les zones sous tension.

Les rotations d’hélicoptère sont incessantes, de jour comme de nuit, entre les hôpitaux français et également internationaux. Parfois même au-delà de nos frontières. Les secours n’ont aucun répit dans le Grand Est. "C'est le troisième de la journée, mon collègue en a déjà fait un cette nuit", avoue un médecin de la Sécurité civile en charge de transferts. Déjà 140 transferts de patients ont été effectués par le Samu et la Sécurité civile depuis trois semaines. Le personnel soignant n’a plus le temps de souffler et les évacuations sanitaires se multiplient.

L'armée mobilisée

L’objectif est toujours le même : soulager les régions les plus saturées, notamment les Hauts-de-France, l'Île-de-France, la Nouvelle-Aquitaine, l’Occitanie ou la Bretagne. Au-delà des hélicoptères, des TGV sont également réquisitionnés. Il faut huit personnes pour soulever un malade, avec d’infinies précautions. Les nombreux fils qui passent rendent les choses difficiles. L’armée est elle aussi de plus en plus mobilisée, et l’aéroport d’Orly s'est transformé en centre d’évacuation.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des secouristes de la Sécurité civile pendant un exercice, lors de l\'inauguration de la base aérienne de la Sécurité civile de Nîmes-Garons (Gard), le 10 mars 2017.
Des secouristes de la Sécurité civile pendant un exercice, lors de l'inauguration de la base aérienne de la Sécurité civile de Nîmes-Garons (Gard), le 10 mars 2017. (PASCAL GUYOT/AFP)