Coronavirus : les professionnels du spectacle constatent un "décrochage des ventes de billets" et une hausse des "no-shows"

Une réunion de crise a eu lieu dimanche 1er mars au ministère de la Culture.

Les professionnels du spectacle subissent une baisse des ventes de billets liée à l\'épidémie de coronavirus.
Les professionnels du spectacle subissent une baisse des ventes de billets liée à l'épidémie de coronavirus. (PATRICK LEFEVRE / MAXPPP)

Les professionnels du spectacle constatent un "décrochage des ventes de billets" et une hausse des "no-shows', a déclaré ce lundi Malika Séguineau directrice générale du Prodiss, le syndicat national du spectacle musical et de variété. Pour elle, il s'agit de la conséquence directe de l'annonce de l'interdiction des rassemblements de plus de 5 000 personnes dans les lieux confinés, afin de limiter la propagasion du coronavirus Covid-19. D'après elle, l'ensemble des professionnels "s'inquiète fortement de la durée de cette période d'annulation".

L'annonce du ministère de la Santé samedi a eu "un effet immédiat sur le public", explique Malika Séguineau. "Nous avons pu noter un décrochage sur les ventes de spectacles sur les spectacles à venir". La directrice générale du Prodiss indique également "que ce que nous appelons les no-shows, c’est-à-dire les spectateurs qui ont acheté un billet et qui ne se rendent pas au spectacle" sont "d'un niveau supérieur à ce que nous connaissons d'habitude".

Bon nombre d'entreprises "ne s'en remettront pas"

"L'ensemble des professionnels navigue à vue, et a des difficultés pour anticiper cette période d'annulations à venir. Derrière cette contrainte d'annulation, il y a tout un secteur économique qui sort d'une période de grève et qui s'inquiète fortement de la durée indéterminée de cette période d'annulation", souligne Malika Séguineau. "C'est pour ça qu'on a sollicité réunion de crise" qui a eu lieu ce dimanche soir au ministère de la Culture, "tout en comprenant la décision prise par le gouvernement, nous avons besoin de mesures d'accompagnement" pour les entreprises du spectacle.

La directrice du syndicat demande la mise en place des mesures "habituellement prises en période difficile, il s'agit des reports de paiement des charges et les dispositifs d'accompagnement financiers pour les entreprises qui pourraient être en grande difficulté, à la veille d'une cessation de paiement". En tant que porte-parole des professionnels du spectacle, elle souligne la fragilité des entreprises du secteur "marqué par de nombreuses secousses dernières années, les attentats 2015, les gilets jaunes suivis d'un mouvement de grève important (…) Majoritairement ce sont des petites entreprises, à la dimension économique très fragile. Bon nombre d'entre elles ne s'en remettront pas. Nous espérons que cette séquence ne durera pas très longtemps."