Coronavirus : les médecins n’ont pas à établir de certificat médical de "non contre-indication au retour à l’école" pour les enfants

La mise au point vient de l'Ordre des médecins, alerté par les praticiens qui disent subir des "pressions" depuis la rentrée.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Les parents n'ont pas à fournir de certificat médical pour le retour à l'école (photo d'illustration). (RICHARD VILLALON / MAXPPP)

Les médecins n’ont pas à établir de certificat médical de "non-contre-indication au retour à l’école" pour des enfants porteurs de symptômes évocateurs du coronavirus, a rappelé l'Ordre national des médecins vendredi 11 septembre. Depuis la rentrée, des médecins alertent leur Ordre sur des pressions qu’ils subissent pour rédiger des "certificats médicaux de non-contre-indication au retour à l’école" pour des enfants porteurs de symptômes évocateurs du Covid-19.

Le retour à l’école de l’enfant est possible en cas de "test négatif ou de respect des délais prescrits par les autorités sanitaires", indique le protocole sanitaire des écoles et établissements scolaires adopté par le ministère de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports. Il est précisé que le retour à l’école de l’enfant présentant des symptômes évocateurs du Covid-19 peut se faire "après avis médical ou à défaut après 14 jours", délai qui pourrait être prochainement réduit.

L'avis oral du médecin suffit

Il n'est donc pas demandé aux parents de présenter un certificat médical de non contre-indication, insiste l'Ordre des médecins. Le Conseil national de l'Ordre des médecins demande au ministre de l'Éducation nationale de le rappeler aux rectorats, aux établissements et aux enseignants. "L’avis médical ne consiste pas à rédiger un certificat mais à formuler des conclusions données oralement aux parents à la fin d’une consultation lorsqu’ils auront sollicité le médecin en raison de l’état de santé de leur enfant. Ses conclusions pourront s’appuyer sur les recommandations faites notamment par la Société française de pédiatrie", rappelle l'Ordre des médecins.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.