Coronavirus : les infirmiers se disent épuisés

Alors que le pic de l'épidémie de coronavirus n'est toujours pas atteint, les soignants sont déjà à bout. Plus de la moitié des infirmiers se disent épuisés. L'édition du 19/20 du lundi 12 octobre s'intéresse à deux infirmiers.

FRANCE 3

Pour Thomas Laurent, les plaies ouvertes lors de la première vague de coronavirus ne sont toujours pas cicatrisées. Il travaille aux urgences de l'hôpital Édouard-Herriot à Lyon (Rhône). Au pic de l'épidémie, il s'est senti abandonné. Sous-effectifs, manque de matériel, salaires médiocres... Il a choisi de raccrocher la blouse. "On s'occupe de gens et on sait qu'on s'en occupe mal de par les conditions de travail qui sont extrêmement difficiles [...] on nous demande d'en faire toujours plus avec moins de moyens", critique-t-il. Dans quelques mois, il entamera une formation de libraire pour commencer une autre vie.

Un métier comme une vraie mission

Delphine Biet est infirmière en service de réanimation à la clinique Ambroise-Paré de Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine) depuis près de dix ans. Elle était en première ligne pendant la crise du Covid-19. La passion chevillée au corps, elle exerce son métier comme une vraie mission. "On a aussi des jours difficiles sans Covid, des journées bien intenses [...] ce n’est pas pour autant que je me dis, en rentrant le soir : 'j'arrête, ce n’est pas fait pour moi'", confie-t-elle.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une soignante travaille dans une unité de réanimation à l\'hôpital Emile Muller de Mulhouse, le 17 avril 2020 (photo d\'illustration).
Une soignante travaille dans une unité de réanimation à l'hôpital Emile Muller de Mulhouse, le 17 avril 2020 (photo d'illustration). (PATRICK HERTZOG / AFP)