Coronavirus : les Français rapatriés de Chine placés en quarantaine

Un avion militaire a rapatrié 182 personnes de Chine, en grande partie des Français expatriés, vendredi 31 janvier. Parmi les passagers, deux cas suspects de coronavirus, qui se sont finalement révélés négatifs. Vendredi soir, les passagers ont été placés à l'isolement à Carry-le-Rouet (Bouches-du-Rhône) pour une durée de 14 jours.

FRANCE 2

Les voilà arrivés à leur destination finale. À bord de plusieurs autocars, 182 personnes rapatriées de Wuhan, en Chine, foyer de l'épidémie du nouveau coronavirus. Pendant 14 jours, elles seront confinées dans ce centre de vacances de Carry-le-Rouet (Bouches-du-Rhône). Toute sortie est interdite, suivant le principe de précaution. Un cadre agréable et convivial qui constitue plutôt une bonne surprise, d'après le journaliste Sébastien Ricci, lui-même rapatrié, qui filme depuis l'intérieur. Entourés jour et nuit de bénévoles et de médecins, ils seront sous surveillance constante. Chaque famille sera réunie dans une même chambre pendant 14 jours d'isolement, et leur température sera relevée deux fois par jour.

Les gendarmes monteront la garde nuit et jour

La sortie est autorisée seulement dans les jardins du centre. Ils seront alors en contact avec d'autres pensionnaires, mais devront porter un masque. Quelques heures plus tôt, à bord de l'A340, atterrissage en douceur à Istres (Bouches-du-Rhône) pour ces rapatriés sanitaires, tous volontaires. Le vol a duré 12h30 depuis Wuhan. Les hôtesses portent des masques. D'infinies précautions sont prises avant de quitter l'avion. À bord, deux passagers présentaient des symptômes à leur arrivée. Ils ont été immédiatement transférés à l'hôpital de la Timone, à Marseille (Bouches-du-Rhône), dans un service d'infectiologie, mais les tests se sont révélés négatifs. Impossible pour les proches de rejoindre les familles à l'intérieur du centre. Devant, des gendarmes monteront la garde 24 heures sur 24.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des ressortissants français de la ville chinoise de Wuhan dans l\'avion dépêché par la France pour les rapatrier en métropole, le 31 janvier 2020.
Des ressortissants français de la ville chinoise de Wuhan dans l'avion dépêché par la France pour les rapatrier en métropole, le 31 janvier 2020. (HECTOR RETAMAL / AFP)