Coronavirus : les étudiants martyrisés par la pandémie

Les étudiants sont souvent épargnés par le coronavirus, mais ils sont victimes de l’isolement, de la déscolarisation, la précarité. 

FRANCEINFO

Un jeune sur six a décidé d’abandonner ses études depuis le printemps 2020 et le premier confinement, démotivé par l’impossibilité d’aller à l’université, selon un rapport de l’Assemblée nationale. Un sur deux avoue que la crise a modifié ses projets d’orientation et professionnel. La difficulté, c’est de suivre les cours à distance. La crise du coronavirus a révélé une véritable fracture en France. Selon l’Association des vice-présidents d’université, un étudiant sur cinq n’a pas le matériel pour suivre les cours à distance.

Double fracture

Cette fracture numérique ressemble à une fracture sociale. Les plus atteints vivent dans des résidences étudiantes. Ils sont éloignés de leur famille, vivent dans des petites chambres et ont perdu leur job avec la fermeture des commerces, des bars des restaurants. Ces handicaps ont fragilisé les étudiants et ont augmenté les dépressions et les pensées suicidaires chez 10% d’entre eux. 20 000 postes de tuteurs ont été créées pour suppléer la perte des emplois. Des aides financières ont été versées, mais en octobre les demandes de bourse avaient augmenté de 50%. 


 

Le JT
Les autres sujets du JT
Une étudiante en partiel (illustration).
Une étudiante en partiel (illustration). (FREDERICK FLORIN / AFP)