Coronavirus : les animaux peuvent désormais téléconsulter leur vétérinaire

Le dispositif, réclamé de longue date par les professionnels, est mis en place à titre expérimental pour une durée de 18 mois.

Un vétérinaire examine un chat dans la clinique Pierrefontaine de Mulhouse (Haut-Rhin).
Un vétérinaire examine un chat dans la clinique Pierrefontaine de Mulhouse (Haut-Rhin). (DAREK SZUSTER / MAXPPP)

Chat alors ! Les animaux malades peuvent désormais être suivis par leur vétérinaire par le biais de la téléconsultation, selon un décret paru mercredi 6 mai au Journal officiel. La mise en place de cette possibilité, envisagée depuis 2016 par les soignants, a été accélérée par l'épidémie de coronavirus.

Le dispositif, mis en place à titre expérimental pour une durée de dix-huit mois, "permettra aux vétérinaires situés notamment en zone rurale d'assurer un suivi rapproché des animaux en évitant certains déplacements", a indiqué le ministère de l'Agriculture.

La téléconsultation pour des actes non essentiels

L'un des objectifs est "de diminuer les contacts inter-personnels dans la journée, de diminuer les déplacements (...) en ne faisant que les actes essentiels, urgents, ceux qui consistent à soigner un animal malade", insiste Jacques Guérin, président du conseil national de l'ordre des vétérinaires.

Il prend l'exemple d'un vétérinaire appelé au chevet d'un cheval qui s'est blessé à un antérieur : "Ce qui est indispensable, c'est que le vétérinaire se déplace auprès du cheval et pare la plaie, la désinfecte, éventuellement la suture", explique ce vétérinaire dans le Morbihan. "Jusqu'ici, il venait tous les jours vérifier comment la plaie évoluait. Avec la télémédecine, il va pouvoir disposer d'informations, notamment par l'image", qui vont lui permettre de dire si la plaie évolue bien ou mal, et s'il est nécessaire de se déplacer.