Coronavirus : le sport à l'arrêt

Plus aucun match de football n'aura lieu en France jusqu'à nouvel ordre. Les championnats de Ligue 1 et Ligue 2 sont suspendus. Depuis 24 heures, les annulations d'événements sportifs tombent en cascade.

France 3

Le sport est l'arrêt. Quasiment tous les événements sportifs sont annulés, ou reportés en France. Des professionnels jusqu'aux amateurs, le monde du sport est au point mort. À titre d'exemple, près de 20 000 matchs de foot sont joués chaque semaine en France. Pour un club comme le Clermont Foot, les pertes économiques ont vite été chiffrées. "On a des pertes pour chaque match. Ça se chiffre à environ 150 000 euros par match", explique François Ligny, directeur général de Clermont Foot. Toutes les compétitions sont annulées : basket, handball, volley, ou judo. Les clubs s'inquiètent de la baisse des recettes.

Pas un sport n'est épargné

Billetterie, sponsors, produits dérivés : le manque à gagner d'un club de rugby comme l'ASM Clermont inquiète son président, Éric de Cromières. "Sur l'ensemble réception de Toulon, de Brives, et de Bayonne, nous perdons 800 000 euros par match", souligne-t-il. Tout l'écosystème de l'économie du sport menace de s'écrouler. À l'échelle mondiale, le tennis suspend toutes ses compétitions. Le Grand prix d'Australie de Formule 1 est lui aussi annulé. Pas un sport n'y échappe. L'UEFA pourrait même décider de décaler l'Euro de football 2020 à l'année prochaine. Dernière victime : le Paris-Nice va s'arrêter samedi soir et faire l'impasse sur la dernière étape de dimanche.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le siège de la Fédération française de football, à Paris.
Le siège de la Fédération française de football, à Paris. (PHILIPPE LOPEZ / AFP)