Coronavirus : le secteur de l'hôtellerie-restauration au plus mal

C'est tout un secteur qui est en détresse en cette période de confinement. L'hôtellerie-restauration est au plus mal et pour cause : s'ils étaient les premiers à l'arrêt, ils seront aussi les derniers à reprendre. C'est du moins ce que souhaite le gouvernement.

Les patrons de bars, cafés et restaurants ne voient pas la fin du confinement et lancent un appel de détresse, à l'instar du chef cuisinier Michel Sarran qui a interpellé Emmanuel Macron : "Monsieur le Président, nous aimerions quelques garanties quand même, parce que sinon, de nombreuses maisons ne rouvriront pas !" Selon les estimations, 30 à 40% des restaurants pourraient mettre la clé sous la porte si le déconfinement tarde à venir.

Des soucis d'assurance

Laurent Breuil, le patron d'un restaurant, à Saint-Junien (Haute-Vienne). Depuis un mois, il ne travaille pas et se sent abandonné : "On paie des cotisations, une assurance perte d'exploitation. Aujourd'hui c'est quoi ? Si j'ai pas une perte d'exploitation aujourd'hui, c'est quoi ? Aujourd'hui les assurances ne sont pas au rendez-vous. Je paie aussi soi-disant une assurance 'homme clé-chef d'entreprise', si je suis malade, l'assurance prend en charge mon salaire et trouve une personne pour me remplacer. Aujourd'hui mon assurance n'est pas au rendez-vous."

Le JT
Les autres sujets du JT
Un restaurant fermé à Paris pendant le confinement, le 16 avril 2020. 
Un restaurant fermé à Paris pendant le confinement, le 16 avril 2020.  (PHILIPPE LOPEZ / AFP)