Coronavirus : le nombre de décès à domicile du Covid-19 sera connu "au mois de juin", promet le ministre de la Santé

Olivier Véran charge Santé publique France d'obtenir cette estimation, à partir notamment de l'analyse des certificats de décès qui mentionnent normalement la cause et le lieu de la mort.

Le ministre de la Santé, Olivier Véran, sur les bancs de l\'Assemblée nationale, le 28 avril 2020.
Le ministre de la Santé, Olivier Véran, sur les bancs de l'Assemblée nationale, le 28 avril 2020. (DAVID NIVIERE / AFP)

De l'aveu même du ministre de la Santé, c'est un nombre "plus compliqué à évaluer" que les morts à l'hôpital ou en Ehpad. Pour autant, Olivier Véran promet que l'on connaîtra "au mois de juin" le chiffre des personnes décédées à domicile du Covid-19 en France.

>> Coronavirus : suivez les dernières informations dans notre direct

C'est Santé publique France qui est chargé de faire cette estimation, à partir de l'analyse des certificats de décès, qui mentionnent normalement la cause et le lieu de la mort, a indiqué le ministre au cours de la séance de questions au gouvernemet à l'Assemblée nationale, mercredi 29 avril.

"Non pas parce qu'il y aurait une volonté de cacher quoi que ce soit, (...) mais parce que ça nécessite d'être capable de traiter tous les certificats de décès, électroniques et non électroniques, et d'avoir des statistiques par territoire qui fassent sens", a expliqué Olivier Véran, interrogé par le député Hervé Saulignac.

"Nous avons reçu une première alerte de la part de Santé publique France sur une possible surmortalité à domicile, qui ne serait d'ailleurs pas forcément liée au Covid-19 mais peut-être plutôt aux complications médicales de gens qui ne sont pas allés consulter à l'hôpital", a ajouté Olivier Véran.

Une surmortalité importante, selon l'Insee

L'Insee, qui publie de son côté des données sur le nombre de décès quotidiens par département, toutes causes confondues, avait indiqué il y a une dizaine de jours que la mortalité en France avait progressé de façon importante en mars par rapport aux années précédentes, en particulier chez les plus de 75 ans et dans les départements fortement touchés par le Covid-19.

Le syndicat de médecins généralistes MG France a pour sa part estimé dimanche, à partir d'une enquête menée auprès de ses adhérents, que le virus pourrait avoir entraîné environ 9 000 décès à domicile entre le 17 mars et le 19 avril, ce qui gonflerait de plus d'un tiers le bilan officiel actuel.