Coronavirus : le nombre d’arrêts cardiaques a doublé durant le confinement

Les médecins et les hôpitaux tirent la sonnette d’alarme depuis des semaines. De nombreux malades ont évité les consultations pendant le confinement et les conséquences sont dramatiques. Selon une étude, le nombre d’arrêt cardiaques a doublé en région parisienne au plus fort de l’épidémie. 

France 2

Capucine Tricoit doit bénéficier d’un suivi cardiaque régulier. Elle attendait avec impatience son rendez-vous post-confinement. Cette mère de famille en télétravail a dû gérer ses deux enfants, plus une équipe de huit personnes. "J’ai été très sollicitée de tous les côtés, j’avais l’impression d’être tout le temps entre le marathon et le sprint, et que ça ne s’arrêtait jamais", confie-t-elle à sa médecin. 

Jusqu’à 26,6 arrêts cardiaques par semaine et par million d’habitants

Les effets du stress se voient sur ses examens. D’autres patientes ne sont pas venues consulter. Résultat, les cardiologues ont fait face à des complications qu’ils ne voient pas d’habitude, avec plus d’arrêts cardiaques. Ces dernières années en région parisienne, on comptait en moyenne 13,4 arrêts par semaine par million d’habitants. En 2020, la courbe a bondi après le confinement jusqu’à 26,6. Environ un tiers des décès supplémentaires seraient liés directement au Covid-19, les autres à des dégâts collatéraux. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Pendant les attentats, le nombre d\'hospitalisation aurait augmenté de 75% par rapport aux mêmes jours de l\'année précédente au Centre d\'accueil de la douleur thoracique de Toulouse (Haute-Garonne). 
Pendant les attentats, le nombre d'hospitalisation aurait augmenté de 75% par rapport aux mêmes jours de l'année précédente au Centre d'accueil de la douleur thoracique de Toulouse (Haute-Garonne).  (ALICE S. / BSIP / AFP)