Coronavirus : le ministère de la Justice va autoriser la libération de 5 000 détenus en fin de peine

Les magistrats vont prendre des ordonnances afin d'ordonner la libération des détenus en fin de peine dans les prochains jours. L'objectif est de désengorger les prisons en période de confinement.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Dans la prison de Fresnes dans le Val-de-Marne, le 11 janvier 2018 (photo d'illustration) (STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)

Le ministère de la Justice va autoriser la libération d'environ 5 000 détenus en fin de peine, a appris franceinfo de sources concordantes. La décision a été actée lors d'une réunion, lundi 23 mars, entre la chancellerie et les syndicats des surveillants pénitentiaires, dans le but de désengorger les prisons en période de confinement en raison du coronavirus.

Des amènagements de peine impossible dans l'immédiat

Les magistrats vont prendre des ordonnances dans les prochains jours afin d'ordonner la libération des détenus en fin de peine qui avaient été incarcérés pour des délits mineurs et qui ont eu un bon comportement lors de leur incarcération, précisent des sources proches du dossier. Des aménagements de peine de type "bracelet électronique" ne seront pas possibles dans l'immédiat, les techniciens ne travaillant pas pendant le confinement.

Vendredi, la ministre de la Justice Nicolas Belloubet avait déclaré sur franceinfo qu'elle allait "travailler d'une part sur les détenus malades, qui ont d'autres maladies que le coronavirus, et d'autre part sur les personnes à qui il reste moins d'un mois de détention à faire (…) Nous pouvons procéder là à leur retrait des établissements".

La garde des Sceaux avait aussi indiqué avoir "donné instruction pour qu'on ne mette pas à exécution les courtes peines d'emprisonnement", dans le but de désengorger les prisons et éviter une crise sanitaire si le coronavirus devait s'y propager.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.