Coronavirus : le gouvernement réticent à encadrer les prix des masques "grand public"

Pour le gouvernement, un encadrement des prix "n'est pas d'actualité" mais il ne ferme pas la porte à cette possibilité. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des femmes avec un masque devant une pharmacie à Mulhouse dans le Haut-Rhin, le 27 avril.  (VINCENT VOEGTLIN / MAXPPP)

A quel prix seront vendus les masques "grand public" ? Depuis dimanche 26 avril, les pharmacies sont autorisées à vendre ces protections "non sanitaires". Dans certaines officines, les prix sont montés jusqu'à plus de 10 euros comme l'a constaté franceinfo. On est loin des prix évoqués par Olivier Véran, le ministre de la Santé, vendredi dernier sur France Inter. Il parlait de vente "tantôt à deux euros, tantôt à cinq euros". Pour autant, le gouvernement n'envisage pas d'encadrer les prix des masques pour l'instant a appris franceinfo. 

Trop de critères pour encadrer les prix selon le gouvernement 

Pour le gouvernement, un encadrement des prix des masques "grand public" "n'est pas d'actualité". Selon le ministère de l'Économie, il y a une trop forte "hétérogénéité des types de tissus et des modes de production qui ont une forte incidence sur les prix". Actuellement, 242 entreprises en France fabriquent ces protections. 

En revanche, le gouvernement promet de se montrer attentif aux prix. "Nos maîtres-mots sont : vigilance et contrôle", précise à franceinfo un conseiller d'Agnès Panier-Runacher, secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Economie. S’il y a des abus ou si les tarifs montent trop haut dans les prochains jours, l’éxecutif n’exclut pas d’agir comme ça avait été le cas avec les gels hydroalcooliques. Leurs prix sont plafonnés depuis le début du mois de mars. 

La répression des fraudes doit donner son avis 

Agnès Pannier-Runacher a demandé lundi 27 avril à la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) de se pencher sur la question d'un encadrement des prix des masques "grand public". Leurs recommandations doivent arriver d'ici "48 heures" sur le bureau de la Secrétaire d'État. 

En attendant, l'Ordre des pharmaciens et plusieurs élus se prononcent pour un encadrement des prix. La député Les Républicains, MarieChristine Dalloz, a déposé une proposition de résolution à l'Assemblée nationale en ce sens. Selon le texte, cet encadrement des prix "devrait être envisagé par le gouvernement dans le cadre de l’élaboration d’un plan de déconfinement". 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.