Coronavirus : le confinement de l'Italie provoque des mutineries, les habitants fatalistes

L'Italie est en quarantaine mardi 10 mars : déplacements restreints, rassemblements, lieux culturels et événements sportifs annulés et fermés jusqu'au 3 avril.

franceinfo

À Milan (Italie), des détenus en liberté ont protesté depuis le toit de la prison. Leur mutinerie a été provoquée par la suspension des visites pour éviter la propagation du Covid-19. "Nous voyons qu'ils n'ont rien. Ils n'ont pas de masque, pas de traitement. Ils n'ont rien", s'inquiète une femme proche d'un prisonnier. À Modène, des détenus ont incendié leur cellule. À Foggia, une cinquantaine de prisonniers a réussi à s'échapper. Une vingtaine de prisons italiennes a connu des heurts.

463 morts en Italie

15 millions d'Italiens sont concernés par le confinement du nord du pays. Venise est désertée par les habitants et les touristes. Près de Milan, des barrages de police contrôlent les déplacements de la population. Des restrictions que les Italiens disent comprendre. Lundi soir, le gouvernement a ordonné d'éviter les déplacements dans tout le pays, a interdit les rassemblements publics et a suspendu tous les événements sportifs. Avec 463 morts et près de 8 000 cas avérés, l'Italie est le deuxième pays le plus touché par le coronavirus après la Chine.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le Premier ministre italien, Giuseppe Conte, à Naples (Italie), le 27 février 2020.
Le Premier ministre italien, Giuseppe Conte, à Naples (Italie), le 27 février 2020. (MANUEL DORATI / CONTROLUCE / AFP)